Top Site



Votez pour nous toutes les deux heures ♥


Plonge dans cet univers aussi étrange que fabuleux ! Pars à la découverte de toutes ses merveilles et de tous ses mystères ! Il te reste tant à y découvrir...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une âme charitable pour héberger une âme égarée? [PV: Eliott Dinescu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
• Messages : 74
• Date d'inscription : 20/02/2012

MessageSujet: Une âme charitable pour héberger une âme égarée? [PV: Eliott Dinescu]   Jeu 19 Juil - 8:29

Shinyue avait passé la journée au bord de la rivière à écouter le bruit de l'eau. Le jeune homme y avait trempé ses pieds. L'eau était gelée et il avait dû serrer les dents avant de s'habituer quelque peu à sa température. Le liquide frais venait lui chatouiller agréablement les orteils. Sourire. La journée s'était ainsi écoulée, paisiblement. Jusqu'à ce que Dokuro-san rappelle à Shinyue que la nuit n'allait pas tarder à tomber et par conséquent les ombres faire leur apparition. Le jeune homme acquiesça.

- Ma foi, vous avez raison, il est temps de trouver un abri pour la nuit.

Shinyue avait donc commencé à avancer vers la ville avec sa flegme habituelle. Il n'était pas pressé. Dokuro-san avait prévu de la marge pour lui permettre de rentrer et trouver un abri à son aise. Heureusement que Dokuro-san était là pour lui.

- Je ne sais pas ce que je ferais sans vous, n'est-ce pas Dokuro-san? Comment dites-vous? Ma foi, vous avez raison, je n'irais pas bien loin... Dit-il en esquissant un sourire enfantin.

Shinyue ne prenait jamais de décision sans passer par l'intermédiaire de Dokuro-san. Comme un enfant qui aurait besoin de l'autorisation de ses parents, Shinyue avait toujours besoin de l'accord de son ami qu'il était le seul à entendre.

Bientôt, ils arrivèrent en ville et plus précisément au quartier des âmes. Shinyue passait souvent par là pour demander un logement pour la nuit. Pourtant, il ne semblait pas s'en souvenir. Du moins d'une certaine façon. Ce chemin qu'il avait l'habitude de faire, il ne s'en souvenait pas à proprement parler, mais son corps s'en souvenait. C'était le cas pour beaucoup de gestes du quotidien. Shinyue ignorait qu'il savait jouer du shamisen par exemple, et pourtant, si vous lui mettiez cet instrument entre les mains, le jeune homme saurait vous interpréter des airs magnifiques. Ainsi, son esprit avait oublié bien des choses, mais il pouvait compter sur son corps et sa mémoire procédurale pour lui rappeler certaines choses. Même si cela n'était que temporairement.

Shinyue s'arrêta devant une petite maison au hasard. Il grimpa les quelques petites marches qui lui permirent d'atteindre le porche de la maison. Shinyue resta un moment devant la porte vers laquelle il s'était avancé. Le jeune homme jeta un coup d'oeil à Dokuro-san accroché à sa ceinture, acquiesça d'un léger signe de tête, serra le poing et cogna trois fois contre la porte.

TOC, TOC, TOC.

Le jeune homme laissa retomber son bras le long de son corps et attendit patiemment que quelqu'un daigne venir lui ouvrir.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Dinescu
⌋ Paper master ⌈
avatar
• Messages : 160
• Date d'inscription : 10/01/2012

MessageSujet: Re: Une âme charitable pour héberger une âme égarée? [PV: Eliott Dinescu]   Lun 23 Juil - 15:38

Journée de merde.

Eliott se morfondait – encore –, attablé devant son dîner qu’il n’avait toujours pas daigné toucher. Il devait être froid maintenant, de toute manière. Et puis, il n’avait pas spécialement faim. Il ne savait d’ailleurs pas trop pourquoi il l’avait préparée, cette mangeaille. Par habitude ? Par ennui ? Un peu des deux sans doute. Un repas tout simple, constitué d’une salade de divers légumes – qu’il avait réussi à dégoter au magasin au milieu des produits typiques du pays à l’air peu appétissant – en entrée et du riz comme plat. Pas grand-chose, peut-être, mais il avait eût une flemme royale de se cuisiner une viande ou un truc dans le genre. Alors c’était ça. Un verre d’eau, une assiette de légumes, un bol de riz. Point. C’était vétuste, mais au moins, ce n’était pas rien. En tout cas, il avait encore une fois trop fait de riz et il devrait sûrement jeter le reste de sa casserole. Déprimant. Il aurait dû apprendre à doser, depuis le temps qu’il se faisait à manger pour lui tout seul. Mais non. Le résultat était toujours le même. Décidément, ça n’était pas son truc, la cuisine. Mais alors pas du tout.

Eliott soupira une énième fois sur son bol.

Journée de merde.

Il s’était – encore – levé trop tard pour sa promenade matinale et, au final, n’avait rien fait de sa journée. Ce qui était pour lui une des pires choses pouvant lui arriver. Il était en effet le genre de personne à avoir besoin de se défouler un peu chaque jour. Pousser un bon coup de gueule, taper dans un mur – quitte à crier de douleur comme une pucelle dès qu’il se retrouverait seul –, faire du sport… N’importe quoi qui puisse le faire suer et bouger un peu. Parler avec des gens, ça aussi, il en avait besoin, aussi bizarre et contraire à sa personnalité première que cela puisse paraître. Un besoin plus ou moins quotidien, bien entendu, mais un besoin tout de même. Tailler un brin de causette avec un vieux dans le parc, se chamailler avec un gamin du quartier, se gausser des passants avec une nouvelle connaissance. Voilà ce qu’Eliott aimait bien faire.

Et là, aujourd’hui, il n’avait rien fait de tout ça. Pas un chouïa, sinon tourner en rond dans son maison plus vide et suffocante que le cosmos lui-même. Et plus chaotique que le cosmos lui-même, tiens.

« Au lieu de rien foutre, j’aurais peut-être dû donner un petit coup de balai… », marmonna-t-il sans grande conviction, jetant un regard vaguement dépité à la pièce dans laquelle il se trouvait et qu’on eût dit dévastée pas un ouragan tant elle était en désordre.

Bref, toujours était-il que Eliott commençait à péter un câble, enfermé comme ça, tout seul, et rongeant silencieusement son frein. Il s’ennuyait ferme. C’était de sa faute, à n’en pas douter : il aurait dû se bouger les fesses à un moment ou un autre. Mais c’était Eliott, et donc un légendaire flemmard. C’est pourquoi, une fois passée son heure de sortie habituelle, il restait cloîtré chez lui à se plaindre de son sort comme une princesse dans son donjon et à jouer aux cartes avec son ombre. Que du bonheur.

TOC, TOC, TOC.

Eliott sursauta si fort qu’il renversa la moitié de son repas sur la table, envoya valdinguer la chaise de bois au milieu de la pièce et réussi à se cogner douloureusement le petit orteil contre un coin de la table

« Et put**n de b**del de mer** ! », jura-t-il d’une voix tonnante avec toutes la véhémence et l’animosité du monde.

Il était tellement furieux qu’il en aurait presque tué la chaise, la table et tout ce qui allait avec. Avant de se rappeler que ce n’était pas des êtres vivants et qu’il était, par conséquent, impossible de les tuer au sens premier et propre du terme.

Jurant une fois de plus, mais de frustration cette fois, il remit fébrilement les objets plus ou moins à leur place et, clopin-clopant, boitant à moitié avec une larme au coin de l’œil – eh ! ce n’était pas une chochotte pour rien –, il alla ouvrir cette *¨%£ù^ù !! de porte en espérant bien passer toute sa colère et son dépit sur l’odieux auteur de ce forfait.

C’est donc la face rouge, écumant de rage, qu’il ouvrit à la volée la pauvre porte qui n’avait rien demandé et vociféra, sans prendre la peine de jeter un regard à la personne venant frapper à sa demeure :

« P’TIN, MAIS QUOI ?! »


HRP:
 

_________________
« You want to remember that while you’re judging the book, the book is also judging you. » , Stephen King

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• Messages : 74
• Date d'inscription : 20/02/2012

MessageSujet: Re: Une âme charitable pour héberger une âme égarée? [PV: Eliott Dinescu]   Mar 24 Juil - 11:49

Shinyue attendait, immobile. Il entendit des cris provenant de l'intérieur. Mais il ne parvenait pas à entendre les paroles. Et à vrai dire, il s'en fichait quelque peu. S'il était doué pour parler à un crâne, il ne l'était pas vraiment pour parler et écouter à travers une porte. Il s'écoula un petit moment avant que l'on ne vienne lui ouvrir. Et pourtant, Shinyue resta immobile tout ce temps, profitant de la brise du vent qui faisait danser ses cheveux, de l'odeur de bois, du bruit des criquets. Malgré l'accueil peu avenant de l'individu chez qui il venait de toquer, Shinyue nullement perturbé sourit aimablement et s'inclina pour saluer le jeune homme à la chevelure extravagante.

- Bonjour, je me nomme Shinyue Kagerou et voici mon ami Dokuro-san, dit-il en présentant le crâne, nous sommes à la recherche d'un abri pour la nuit, accepteriez-vous de nous héberger? En échange, je pourrais vous proposer mes services.

Shinyue se redressa et fixa son interlocuteur. Il avait lâché cette longue phrase de façon machinale. Il la répétait inlassablement depuis des années, chaque jour ou presque. En effet, il arrivait parfois qu'il n'ait pas besoin de demander que quelqu'un lui proposait de l'héberger spontanément. Parfois, il était même interrompu tandis qu'il récitait sa phrase et était invité à entrer. Certaines personnes connaissaient déjà son nom et la raison de sa présence. Shinyue en ignorait la raison, mais il ne s'interrogeait pas d'avantage. Parfois, on l'appelait aussi Kichigai. Il ignorait pour quelle raison, mais finalement, ce surnom lui était resté et il y répondait spontanément de la même façon que si on l'accostait par son véritable prénom. Hormis ces deux noms là, Shinyue ne réagissait pas à d'autres appellations. Ainsi vous pourriez bien vous évertuer à l'interpeller par "Hè!" "Jeune homme!" "Monsieur!" ou autre que vous n'en tirerez aucune réaction, sinon un vent royal.

Mais quoi qu'il en soit, venons-en aux services de Shinyue. Ceux-ci se résumaient à éliminer un individu ou à vendre son corps. Le jeune homme avait bien tenté d'effectuer d'autres petits travaux manuels - et d'autres l'y avaient encouragés - mais ce s'était avéré être une catastrophe. Shinyue était beaucoup trop lent et distrait. Serveur? Il renversait sur les clients. Cuisinier? Il en était incapable et même en épluchant les patates, il lui arrivait de s'arrêter pour observer autre chose. Marchand? Il n'avait aucune notion de la valeur de l'argent, votre caisse en souffrirait. Le ménage? Il s'attardait pendant des heures sur chaque objet. Finalement, il n'était doué que pour ôter des vies et proposer un peu de bon temps à des âmes en mal d'amour. Cependant, cela ne signifiait pas pour autant qu'il aimait cela, au contraire, mais il était bien obligé de faire quelque chose en retour. La plupart du temps, les gens aimaient avoir quelque chose en retour. Heureusement, ce n'était pas toujours le cas. Mais souvent.

Shinyue restait devant la porte. Attendant poliment une réponse de son interlocuteur dont il admirait les cheveux. Ces derniers lui faisaient penser à ces fruits ronds et verts au goût exquis. D'ailleurs, cela faisait longtemps qu'il n'en avait plus manger, des pommes. Mais Shinyue choisissait rarement ses repas. La plupart du temps, il acceptait simplement ce qu'on lui proposait. Il ne s'en plaignait pas. Shinyue ne se plaignait jamais. Il se contentait d'être heureux de ce qu'il avait. Il se contentait d'être heureux de vivre librement, comme il l'entendait.



Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Dinescu
⌋ Paper master ⌈
avatar
• Messages : 160
• Date d'inscription : 10/01/2012

MessageSujet: Re: Une âme charitable pour héberger une âme égarée? [PV: Eliott Dinescu]   Sam 25 Aoû - 0:36

Eliott pensait ne plus pouvoir être surpris. Avec tout ce à quoi il avait été confronté depuis son arrivée dans ce pays de fous, il était pourtant certain qu’il ne pourrait rien voir qui l’entraînerait encore dans un gouffre sans fond de questions et d’étonnements. Ô combien se trompait-il.

A peine avait-il ouvert la porte – ou plutôt avait failli la faire sortir de ses gonds – que la fureur exagérée et peu à propos qui lui tordait les traits quelques instants auparavant s’était évanouie d’un seul coup. L’impression que faisait à Eliott l’inconnu sur son perron était comparable à un baquet d’eau froide déversée directement sur sa nuque. Ça avait tout de suite calmé l’enragé qu’il était.

Mais qu’est-ce que c’était encore que ça.

L’homme qui se tenait devant lui était… bizarre. Grand – plus que lui-même en tout cas –, svelte, gracile. Il se tenait bien droit, mais sans arrogance aucune. C’était un bel homme, sans conteste. Une beauté orientale même, avec ses raides cheveux de jais, ses traits souples et ses yeux en amande. Enfin. Son œil en amande, plutôt. En effet, l’admirable portrait qu’offrait le brun était atrocement gâché par un affreux bandage lui recouvrant l’œil gauche. Cécité, purulence, défiguration ? En tout cas, si c’était caché, ça ne devait sûrement pas être beau à voir. Et ça rompait complétement le charme, quitte à le remplacer par une répugnance teintée de curiosité.

Mais ce n’était pas tout. Il tenait sous son bras, tenez-vous bien, un crâne. Genre. Un VRAI CRÂNE. Ou tout du moins, ça avait l’air drôlement réel comme truc. Et très perturbant aussi. Et glauque. Non mais QUI se trimballe avec un p***n de crâne comme si c’était un panier de fruits ou un ballon de foot. En plus, l’énergumène ne semblait pas s’en formaliser le moins du monde. Il affichait un doux sourire plein d’amabilité.

Alors qu’Eliott s’attelait à défigurer ouvertement tour à tour l’inconnu et son incongru bagage, ledit inconnu s’inclina.

« Bonjour, je me nomme Shinyue Kagerou et voici mon ami Dokuro-san. »

« Hein ? »

De QUEWAH ? Ce machin avait un nom en plus ! Dokuro-truc. Mais… Mais…

Eliott sentit une sueur froide lui couler le long du dos.

Mais ce mec était complétement frappé en fait ! Pourquoi, ô grand pourquoi, ce genre de chose impossible devait forcément toujours lui arriver à lui. Pourquoi fallait-il que ce soit à SA porte qu’un taré psychopathe – oui, Eliott a tendance à trop en faire quand il est à cran – de la sorte vienne frapper.

Pendant qu’Eliott se morfondait, l’homme – répondant apparemment au prénom de Shinyue – continua son petit discours à la façon d’un automate, sans ciller une seule fois comme inconscient de la gêne qu’il provoquait chez le cactus – ou alors qui n’en avait que faire –, un sourire rassurant toujours affiché sur ses lèvres.

« Nous sommes à la recherche d'un abri pour la nuit, accepteriez-vous de nous héberger? En échange, je pourrais vous proposer mes services. »

Hé ?

Ahaha ! Ah oui, mais non. Hein. C’était hors de question.

Les traits d’Eliott se contractèrent.

Il n’était pas d’humeur, mais alors pas du tout, à laisser rentrer chez lui un mec tombé du ciel, et qui plus est visiblement mentalement perturbé. Aussi ne se gêna-t-il pas : se dardant de de son air le plus sûr de lui et son regard le plus féroce, il gonfla le torse. Bien sûr, ça ne donnait rien de très impressionnant, mais ça, le binoclard n’était pas censé le savoir.

« Désolé, on est complet pour ce soir. »

Puis il lui claqua fermement la porte au nez.

Une fois la paix et sécurité de son domaine retrouvée, Eliott se détendit, soupirant d’exaspération, et commença à ruminer. Non mais, on ne vient pas déranger les gens la bouche en cœur alors que la nuit est déjà tombée. Surtout quand on est quelqu’un… d’un peu trop original. Bon, le gars en lui-même, bien qu’il soit des plus étranges – pas que ça changeait de l’apparente normalité à laquelle la touffe verte avait été confrontée dans ce bled –, enfin ce gars n’avait pas l’air bien méchant ou menaçant. Ç’avait même l’air d’être un type assez chic. Très aimable et poli, en tout cas. Juste… Un peu trop différent à son goût. Il avait un crâne, quoi. Qui était son ami, en plus. Mais what ! Par-dessus le marché, il avait la mauvaise idée de se trimballer, comme ça, seul dans la nuit. Et s’était dangereux de toquer au hasard chez les gens. Il pouvait tomber sur quelqu’un de pas fréquentable. Il pouvait tomber sur un serpent... Il pouvait tomber dans un piège redoutable, et se faire kidnapper, et se faire torturer, puis dépecer, puis manger !...

Et merde ! Mais qu’est-ce qu’il avait encore foutu !

Se ravisant aussitôt, Eliott rouvrit à nouveau la pauvre porte à la volée et s’écria, un peu au hasard :

« Eh ! M’sieur ! Eh, m’sieur Kage- euh… Shinyue ! Attendez ! »

¨Puis, après une légère pause embarrassée, désignant d’un geste las de la main l’intérieur de sa demeure :

« Euh… Je m’excuse, j’ai été un peu brusque… Euh. Bah, je vous en prie, rentrez. »

HRP:
 

_________________
« You want to remember that while you’re judging the book, the book is also judging you. » , Stephen King

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une âme charitable pour héberger une âme égarée? [PV: Eliott Dinescu]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une âme charitable pour héberger une âme égarée? [PV: Eliott Dinescu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» cherche âme charitable pour Rp d'amitier ^^
» 03. Une brebis égarée croise son berger?
» Une âme charitable pour me faire des vavas? :3
» Chez Never, y'a du soleil et des nanas (des beaux garçons aussi)
» SOS BERGER ALLEMAND + X + PETITE CHIENNE ETAT EPOUVANTABLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tamashi no Higan V1 ::  :: Le Quartier des Âmes-