Top Site



Votez pour nous toutes les deux heures ♥


Plonge dans cet univers aussi étrange que fabuleux ! Pars à la découverte de toutes ses merveilles et de tous ses mystères ! Il te reste tant à y découvrir...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une balade en forêt au départ anodine [ft. Hilde, Yuuya & Inger.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jared D. Adamson
Cuz smile is all we have.✞
avatar
• Messages : 42
• Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: Une balade en forêt au départ anodine [ft. Hilde, Yuuya & Inger.]   Sam 25 Fév - 18:18






" Une balade en forêt au départ anodine "

Here we go, come with me
There's a world out there that we should see
Take my hand, close your eyes
With you right here, I'm a rocketeer ♪ ♥





« Heu… vous êtes VRAIMENT sûrs qu’on est dans la bonne direction ? »

Jared renâcle, râle. Il y a des arbres, partout ; beaucoup trop d’arbres. Que des arbres ; qui balancent leurs bras protecteur au-dessus d’eux, comme pour former une arche de verdure. Sauf que Jared n’aime pas tout ce qui est fermé. Il préfère l’air, la lumière, l’immensité. Là c’est sombre, tout recroquevillé, froid et sombre… ah non, ça, il l’a déjà dit. La pénombre qui l’encercle, qui tournoie autour de lui, Jared n’a jamais, jamais aimé cela.
Il a l’impression que chaque nuit l’obscurité jette sur lui son long manteau étoilé afin de le faire disparaître, pour qu’il s’évanouisse dans l’aube naissante, happé par la brume sombre. Plus de Jared, plus rien. Et personne ne serait là pour le regretter.
Dans cette forêt, c’est un peu comme si c’était toujours la nuit. Quelques rayons faufilent le feuillage et plongent jusqu’à la petite troupe, les caressent de temps à autres. Les accompagnent le temps de quelques pas. Pour mieux disparaître ensuite et laisser l’effroi les gagner.

« Non parce que… on tourne pas en rond depuis tout à l’heure ? continue-t-il. »

Bref, Jared a peur. Mais le sourire agacé qui distord ses lèvres et sa frange épaisse cache tout signe extérieur de ses craintes. Alors pour mieux se rassurer, il râle. Il râle sur les pauvres personnes qui l’accompagnent… non, ce ne sont même pas des personnes à proprement parler, plutôt des individus étranges. Enfin Yuuya, peut-être bien qu'il est normal, lui. Il glisse un regard dissimulé à travers ses cheveux au jeune prêtre ; Jared l’aime bien, il est gentil est doux. Un peu peureux et pleurnichard sur les bords ; peut-être. Mais il l’apprécie. En réalité, c’est un peu pour lui qu’il est là, dans cet endroit qu’il déteste tant.

Boum flashback. Acte 1, Scène 1 ; une rue tranquille, silencieuse et lumineuse, uniquement bercée par les voix heureuses de Yuuya et de lui-même. Ils marchent, rigolent et discutent de tout et de rien. Surtout de rien ; mais ils sont contents. Oui magnifique, génial, n’est-il pas ? Mais bam ; la suite.
Scène 2 ; élément déclencheur. Hilde, la petite allemande – qui semble s’être trouvé une nouvelle victime, en passant – rompt la tranquillité qui émanait de cette jolie promenade matinale. Pourquoi cette rue ? Pourquoi à cet instant ? Pourquoi eux ? Jared rajoute ces questions à celles qu’il aura à poser à Dieu si jamais il meurt. Le temps que cette pensée ait traversée son esprit et la gamine arc-en-ciel leur saute dessus afin de leur présenter la nouvelle qui a vraisemblablement l’air perdue. Pommée, égarée, tout ce que vous voulez. Jared sourit ; quelle malchance pour Inger – c’est ainsi qu’elle se prénomme - d’être tombée sur Hilde.
Apparemment Hilde lui fait visiter. La bonne blaaaague… Elle lui parle d’un tour en forêt, qu’elle connaît il semble si bien, mais Jared ne prend pas le temps de l’écouter et attrape le bras de Yuuya. « Non désolé, on est… heu… occupés d’accord ? ». L’arnaque, il la sniffe d’ici.
C’était sans compter sur son ami, qui les yeux pleins d’étoiles semble super enthousiaste. Et en voyant sa petite tête de bisounours attristé, Jared n’a pas vraiment le loisir de résister.
Scène 3 ; la petite troupe qui s’en va vers la forêt. Hilde sardonique, Yuuya enthousiaste, Jared blasé et suspicieux (telle une certaine licorne nommée Charlie.) et Inger… encore plus pommée si cela est possible.

Et l’acte 2 ? Il se déroule maintenant ; perdus dans cette forêt sombre et inquiétante. Perdus dans cette forêt trop sombre et trop inquiétante. Une chouette hulule. Jared sursaute, attrape dans un réflexe le bras de Yuuya. S’excuse et le relâche. A travers sa frange il jette des regards un peu partout ; le truc c’est que dans une forêt, il n’y a que des arbres à perte de vue. Tout se ressemble.
Alors comment savoir s’ils sont réellement perdus ou non ?
Il lance un regard à Inger, qui semble elle-aussi légèrement apeurée. Et elle a de quoi, pauvre chou, pense Jared. Puis il décale jusqu'à Hilde, en laquelle il n'a pas totalement confiance avec sa chevelure rose pétante et ses vêtements hauts en couleurs. L'arc-en-ciel qu'il l'appelle, et ça lui va plutôt bien.

« Mais non t’inquiètes, lâche cette-dernière. Je connais suuuper bien. »

Elle le tire hors de ses pensées, pourtant il n’est vraiment pas rassuré. Il soupire, fixe avec hargne les feuilles qui se bousculent à ses pieds dans la bouillasse forestière. Il s’apprête à répondre d'une de ses remarques acerbes dont il a le secret lorsqu’un bruit ressemblant étrangement à un « tgeydsufjsuifdioudfj » retentit non loin d’eux.

« C… c’est pas le bruit d’un Leoplurdorn ? s’exclama-t-il. »

Il se souvient d’un homme, à Tamashi qui s’appelait - selon ses souvenirs - Mabob et qui lui avait expliqué qu’un Leopludorn était un monstre redoutable qui dévorait les intrus qui pénétraient son territoire. Certes, cet homme lui avait semblé un peu fou. Rien que son nom sonnait étrange. Mais il ne put s’empêcher de repenser à ses paroles.
Le sourire se fane au bout de ses lèvres. Il se demande comment ils vont finir ; dévorés ? Asphyxiés ? Ecrasés sous un rocher ? Cramés à la broche par des carnivores habitant la forêt ? De faim ? De soif ?
Il n’avait pas pensé à la racine. Ni au trou. Enfin, il ne pensait pas cela sérieusement au départ ; dans sa tête, ils survivraient. Ils continueraient leurs vies et cette… escapade dans la forêt ne resterait qu’un mauvais souvenir dont ils riraient plus tard. Il n’avait pas pensé qu’ils n’auraient peut-être plus jamais le loisir de rire.

« KYAAAAHAAAAHAAAKYAAAAAH ! »

Ça, vous entendez ? C’est le bruit que font deux hommes lorsqu’ils tombent dans un trou.
La racine qui s’était –sauvagement- jetée sur le pied de Jared ; la chute inévitable, et Yuuya qui marchait innocemment devant lui. Damdamdam ; dominos humains. S’il n’y avait que cela…
Une dégringolade plus tard, le jeune-homme se rendit compte qu’il faisait vraiment très sombre. Beaucoup trop sombre, à un point tel qu’il n’y voyait plus rien.
Avait-t-il perdu la vue ? Non, il discerna le visage apeuré de Yuuya tout proche de lui. La seule explication ; un trou. D’abord Hilde, la forêt, ensuite cette chute.

Qu’est- ce que dieu avait contre eux bordel ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilde Weissmüller
The craziest Panda.ಠ_ಠ
avatar
• Messages : 76
• Date d'inscription : 29/12/2011

MessageSujet: Re: Une balade en forêt au départ anodine [ft. Hilde, Yuuya & Inger.]   Dim 26 Fév - 14:48

Âmes perdues. Poppy Z.Brite
«Ils découvrirent que même lorsqu'on est en proie à une souffrance apparemment insoutenable, une souffrance qui vous serre le cœur comme un étau et laisse gravées dans votre cerveau des traces indélébiles, la vie continue. Et la souffrance s'atténue, s'estompe peu à p...
» Hilde s'interrompit. Et lorsque quelqu'un la stoppait dans sa lecture de son roman favori, c'était plutôt mauvais signe.
Au départ, elle était juste assise en tailleur sur un banc et semblait concentrée par sa lecture, bien qu'elle connaisse le livre par cœur. Puis une inconnue qui semblait perdue avait débarqué. Elle râlait, pestait contre elle-même et passait son temps à se demander où diable elle avait pu atterrir. En bref, cette jeune femme venait tout juste d'arriver dans cet dimension étrange qu'était Tamashi no Higan.
Malheureusement pour l'adolescente, il n'y avait presque personne dans l'allée où elle s'était installée une bonne heure auparavant pour avoir la paix. Elle regretta vite son choix lorsqu'elle entendit les bruits de pas dans sa direction. Dommage pour l'inconnue, Hilde n'avait voulu que deux choses lorsqu'elle s'était levée : prendre l'air et lire. «Faire visiter les lieux à une pas douée qui s'était perdue» n'était pas dans sa liste des tâches. Ce genre de choses n'y figurait jamais pour la simple et bonne raison que Hilde était une partisane de la citation «On n'est jamais mieux servi que par soi-même.». Ce n'était visiblement pas le cas de la nouvelle arrivante. Dommage. Celle-ci ouvrit la bouche mais n'eut que le temps de commencer sa phrase par un «Excus..», l'allemande s'empressa de la couper.

«Quoi ?»
Pour la première fois, l'adolescente leva le visage pour voir à qui elle avait affaire et remarqua l'expression désespérée de la jeune adulte face à elle. Pour une raison inconnue, elle semblait vraiment paniquée, Hilde aurait juré voir des larmes dans ses yeux.

«Tu n'aurais pas vu des...policiers passer ?»

Des policiers ? Parce qu'il y avait des policiers ici maintenant ? Non. Ça ne devait pas être ça. La jeune femme qui lui faisait face semblait tout ignorer de cet endroit. Hilde se demanda pourquoi le sort s'acharnait sur elle alors que sa seule volonté aujourd'hui se résumait à se plonger dans une lecture qu'elle savait passionnante d'avance. Elle se demanda aussi pourquoi cette femme devait arriver maintenant, à cet instant précis et débarqua dans cette rue. Deux allées plus loin il y avait se trouvait La Rue des Artistants, endroit où les informations ne manquaient pas. Mais ça évidemment, l'inconnue l'ignorait royalement.

«Y'a pas de policiers ici., commença Hilde avant de se rendre compte que l'autre allait poser de nouveau une question, elle continua donc sur sa lancée. «Ici», c'est Tamashi no Higan. Tu te demandes ce que c'est hein ? Même moi j'en sais rien. Ce que je sais c'est que tu n'auras plus aucun lien avec ta vie précédente. Pouf! Donc tes policiers je crois bien que tu le reverras jamais...mmh..qu'est-ce que j'oublie. Ah oui. Évite de sortir la nuit si tu veux pas te faire attaquer par des ombres. Et non j'ai pas la moindre idée d'où elles sortent.» Tout au long de sa tirade, l'allemande avait gesticulé en ouvrant grand les yeux au «Pouf!», comme pour rendre ses explications plus vivantes. Elle n'avait pas envie de lui en dire trop non plus et passa à côté du fait qu'ils avaient plus ou moins tous des pouvoirs. De toutes façons la jeune fille n'allait pas tarder à découvrir ses facultés, si ce n'était pas déjà fait.
La nouvelle arrivante semblait plus ou moins satisfaites des explications rapides et s'empressa de la remercier. L'adolescente s'apprêtait à se replonger dans sa lecture pour être vraiment tranquille jusqu'à ce que la plus âgée repose une question.

«Ça te dérangerai de me faire visiter au moins les alentours pour que je me repère ?» demanda-t-elle dans un ton presque suppliant. Si Hilde s'était écoutée, elle lui aurait répondu cash quelque chose comme «Ça te dérangerai de me foutre la paix et de te démerder ?». Mais elle hésita. D'une part elle pouvait simplement envoyer balader l'inconnue en lui disant de se débrouiller toute seule ou d'aller demander à quelqu'un d'autre de l'aide. C'était loin d'être son genre de compatir pour ce genre de choses bien qu'elle ait plus au moins traversé la même épreuve deux mois avant. D'autre part il lui était possible de lui faire visiter les endroits les plus connus et de s'aventurer dans les lieux les plus reclus qui existaient à Tamashi no Higan, à commencer par la forêt. Bon moyen pour la faire tourner en bourrique. Hilde avait juste entendu des rumeurs sur l'immense bois et s'était juste arrêtée à la lisière pour espérer apercevoir quelque chose. Résultat : des arbres, des arbres et encore des arbres. Quelques traces de pas au sol qui s'arrêtaient net l'avaient faite frémir. Cette fois, elle ne serait pas seule et pourrait très bien se prendre pour une experte. Elle ne pensa même pas à l'alternative de se perdre.
Alors l'adolescente se leva et rangea son livre dans son sac.

«Mouais ok..je vais te faire visiter un peu plus que les rues histoire que tu me saoules pas plus.»

Elle ignora les remarques de la jeune femme et commença à marcher en traînant des pieds.
Puis elles passèrent par le Quartier des Âmes non sans que Hilde songe à rentrer chez elle dans la minute qui suivait. Quelques renseignements plus tard, elle passa dans la rue bondée qu'était celle des Artisants, sûrement pour que la-fille-dont-elle-ne-connaissait-toujours-pas-le-nom reconnaisse la boutique de bibelots, mais elle n'avait porté aucune attention à l'enseigne et à la boutique.

«Au fait, c'est quoi ton prénom ?
-..Inger.
-Enchantée, enfin non marmonna-t-elle pour elle-même avant de se présenter à son tour. Moi c'est Hilde.»

Bientôt, l'adolescente étouffa. La rue était vraiment bondée à toute heure du jour et elle s'empressa de tourner dans une petite ruelle pour échapper à la foule. Tournant la tête pour voir si Inger la suivait toujours, elle afficha un air désemparé : quelque part, elle espérait que la jeune femme se perde histoire de rester tranquille. Mais visiblement elle n'allait pas se faire lâcher de si tôt. Puis elle entendit un éclat de rire qui lui était familier et fit volte-face. A quelques mètres se tenait J'arrête..euh..Jarèdde...JARED qui semblait (oui parce qu'avec une frange d'une dizaine de centimètres qui lui cachait les yeux, Hilde se demandait vraiment s'il voyait quelque chose. Peut-être que c'était juste du bluff et que cette frange s'avérait être du fromage rappé qui avait poussé directement de la racine jusqu'à mesurer dix centimètres, qui sait) les regarder. A côté il y avait cet homme..Yuuya. Selon l'allemande, il avait un caractère très spécial et elle l'ignorait souvent.
Mais une idée lui traversa l'esprit.
Forêt+deux hommes tarés+une pommée+une folle = très bon mélange.
Tandis qu'elle leur proposait une balade en forêt, le sourire de Jared commença bien vite à se dissiper alors que les yeux de Yuuya pétillaient. L'estime que Hilde avait pour le jeune homme remonta bien vite étant donné qu'il réussit en quelques instants à convaincre son ami de le suivre.

L'adolescente prétendait connaître la forêt comme sa poche mais elle en était bien loin. Son but se résumait à ne pas le montrer et..à s'amuser dans cet endroit glauque. Parce que le glauque, ça la connaissait.
Quelques minutes plus tard, elle reconnut les lieux où elle s'était rendues quelques semaines avant. Ça risquait d'être vraiment drôle.

Ils se retrouvèrent bien vite au milieu (ou pas..) de la forêt. Hilde n'avait jamais imaginé qu'un endroit pareil puisse exister. Les arbres se ressemblaient tous et semblaient être infinis, les plus éloignés faisaient penser aux Ombres qui sortaient la nuit pour effrayer les habitants. Mais non, elle n'avait pas peur. Elle riait presque. Le plus risible dans cet histoire n'était pas l'environnement, loin de là, mais les réactions de ses camarades. Jared sursautait au moindre bruit, Yuuya lançait des cris de fillette et Inger semblait crispée. Hilde, elle, riait tout en trottinant (alors qu'elle traînait des pieds l'instant d'avant).

«Heu..vous êtes VRAIMENT sûrs qu'on est dans la bonne direction ? Non parce que..on tourne pas en rond depuis tout à l'heure ?»

Jared résumait assez bien la situation. Mais de quelle direction parlait-il ? La sortie, peut-être ? Si c'était ça qu'il cherchait, ça signifiait juste qu'il avait peur. Ils finiraient bien par trouver la sortie mais Hilde préférait le silence de la forêt, parfois troublé par les réactions des autres. Mais le blond était beaucoup trop fier pour s'avouer qu'il avait peur. Aucun signe ne le montrait, du moins. Histoire de rassurer la compagnie, l'allemande passait son temps à répéter qu'elle connaissait bien la forêt. Le pire c'était qu'elle semblait crédible.
Le silence retomba.
Du moins, quelques secondes.

Un bruit extrêmement étrange se fit entendre et Jared aurait juré qu'il s'agissait d'un Leoplurdorn. Qu'est-ce que c'était que ça encore ? Sûrement un coup des fabricants de colle UHU, ils avaient toujours des idées étranges, comme coller des Lapins Crétins sur leurs tubes de colle. On croyait rêver avec eux. La question que Hilde se posait était : Y'avait-il ce genre de matériel à Tamashi no Higan ? Non. Sûrement pas. C'était bien dommage d'ailleurs. Il faudrait qu'elle passe à la boutique étrange histoire de chercher un pot.
Bref.
Jared semblait ne semblait pas vraiment enchanté à l'idée de tomber sur une créature de la forêt, visiblement dangereuse d'après ses dires. Il continua tout de même de marcher. Il n'aurait peut-être pas du. Alors que Yuuya avait remarqué la racine qui dépassait du sol, son ami venait juste de se la prendre et Hilde regretta son monde où la technologie existait encore. Mais ce n'était pas le moment de ressasser son passé qui avait prit des tournures dramatiques. Elle éclata de rire : l'image de Jared qui s'emplâtrait contre la racine et qui finissait sa chute dans un trou, entrainant Yuuya dans sa chute. Ce trou était en fait assez profond. La jeune fille se pencha pour mieux voir. Ce qu'elle avait pris pour un trou immense faisait en réalité la taille des deux jeunes adultes. Avec l'aide d'Inger (si celle-ci arrêtait de faire dans son froc bien entendu) l'adolescente n'aurait aucun mal à les tirer de là.

«Inutile de vous demander si vous avez besoin d'aide, hihi~. Vous voulez pas faire la courte-échelle là ? A moins que vous ayez envie de faire autre chose tous les deux..»

Elle ne prêta strictement aucune attention à la réaction de Yuuya et encore moins à celle de Jared et se pencha un peu plus. Le blondinet remonta le premier après une demi-douzaine de tentatives. Il semblait (parce que rien n'était sûr avec lui) sur les nerfs et voulu ouvrir la bouche pour exprimer son mécontentement..mais ça, c'était sans compter l'intervention de l'allemande.

«Ça te dit de m'aider à remonter ton copain s'il-te-plaît merci ? Gééééénial. Parce que je suis pas musclor moi.»

Hilde était loin d'être la personne la plus solide et la plus forte quand il fallait soulever quelqu'un pour l'aider à remonter...c'était aussi le cas de Jared. L'allemande tourna la tête vers Inger comme pour lui demander de l'aide. A trois le poids serait sûrement mieux réparti et ils auraient moins de mal à aider ce pauvre Yuuya. Elle aurait bien voulu le laisser dans le trou en lui conseillant d'apprendre à voler mais..non. Cette sorte de balade était vraiment amusante.

Qu'est-ce qui les attendait encore ?



Spoiler:
 

_________________
HILDE IS SO BADASS.ಠ_ಠ


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuuya Higashino
Who will fill the void in my heart?
avatar
• Messages : 105
• Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: Re: Une balade en forêt au départ anodine [ft. Hilde, Yuuya & Inger.]   Dim 26 Fév - 18:39

La journée avait bien commencé.
Yuuya s'était levé avec un magnifique soleil, comme tout les jours, mais ça faut pas le dire, et était de bonne humeur. Il s'était ensuite habillé, avait fait sa toilette, prit un rapide petit déjeuné et était sorti profiter du soleil. Il avait d'abord un peu vagabondé seul, puis avait rencontré Jared.
Jared, il l'aimait bien. Il l'aimait beaucoup même. Leur première rencontre avait beau être catastrophique, ils s'entendaient bien maintenant. Yuuya s'était vite attaché au garçon chevelu, peut être un peu trop même. Ses sentiments à son égard avaient vite dépassé l'amitié pour se tourner vers l'amour. Mais Yuuya n'en était pas vraiment conscient. Il savait qu'il ne considérait pas Jared comme un simple amis, mais ne savait pas ce qu'était ce sentiment qui serrait et emplissait d'une douce chaleur sa poitrine. Mais bref. Il avait rencontré Jared et maintenant ils se promenaient le long d'une rue calme. Ils discutaient de tout et de rien, tout ça dans la bonne humeur et joie. Yuuya pensait que la journée serait calme et en fin de compte, banale. C'était sans compter sur la personne qui venait de se poster devant eux. Pas très grande, plus jeune que lui, cheveux rose pétant, chapka et un air malicieux sur le visage. En résumé, Hilde Weissmüller. L'allemande fouteuse de troubles. Et elle n'était pas seule. Avec elle, il y avait une autre jeune fille, aux cheveux étranges et bicolores, qui semblait un peu perdue dans tout ça. Yuuya la salua d'un coup de tête timide. Comme d'habitude, la petite Allemande l'ignorait. Oui, elle ne prêtait jamais attention à lui, sûrement le trouvait elle inutile, c'est ce qu'il pensait.
Elle les fixa un instant puis prit la parole pour leur proposer un balade en forêt. Yuuya aimait les forêts. C'était calme et relaxant. Ses yeux se mirent à briller. Il se retourna vers Jared, qui ne semblait pas très coopératif. Le japonais attrapa le bras de son ami, puis lui dit, les yeux remplis de petits "sparkles":

"Jared-san! C'est super! Allons-y! Hilde-san semble bien connaître en plus!"

Le pauvre Yuuya était bien naïf, pour croire les paroles de l'Allemande. Il ne se doutait en rien que la jeune femme avait pour intention de les faire tourner en bourrique. Jared eu beau refuser en prétextant qu'ils étaient occupés, ce qui était faux, Yuuya lança "yeux de bisounours battu", critical hit! Jared 0, Yuuya en mode cute 1. Ils accompagnèrent donc Hilde et l'autre jeune fille, dont le nom était Inger, dans la forêt.
L'endroit était simplement magnifique. Des arbres, des arbres, encore des arbres, et j'oubliais! des arbres. Mais des beaux arbres, qui filtraient la lumière chaleureusement, et dessinaient les motifs des feuilles sur les visages du petit groupe qui venait de se glisser parmi les feuillages... Puis vite, ils s'étaient retrouvés au beau milieu des arbres, visiblement... perdus. Et pourtant la jeune Allemande affirmait que c'était bon, et qu'elle savait exactement ce qu'elle faisait, et où ils allaient. Et, très étrangement, la forêt, ou bien autre chose semblait effrayer Jared. Car au premier son ou craquement suspect, il se cramponnait à son bras, puis le lâchait précipitamment, s’excusant. Yuuya commença à se sentir inquiet pour son ami. Il allait lui demander si ça allait quand un bruit très suspect se fit entendre. Un bruit que le jeune prêtre n'aurait su décrire. Puis Jared demanda, un once de panique dans sa voix:

"C… c’est pas le bruit d’un Leoplurdorn ?"

Un Leoplurdorn? Mais qu'est-ce que ça pouvait bien être?! Un mo- un monstre?! Naaaan! Pas ça, ils étaient trop jeunes pour mourir!
Mais ils continuèrent d'avancer, pendant quelques mètres, car après ils n'avancèrent plus, ils tombèrent. Jared avait été prit d'assaut par une racine au intentions maléfiques qui le fit tomber dans un trou. Mais pas seul. Non, la racine était pas méchante à ce point là, elle s'était assurée qu'il ai de la compagnie: elle avait fait en sorte que Jared entraîne le pauvre Yuuya dans sa chute, qui malgré lui poussa un "Kyaaaaaaaaaah!!!" pas très viril. Ils tombèrent donc un trou profond de quelques mètres et à peine assez large pour eux-deux. Jared toucha le sol le premier et Yuuya tomba sur lui. Aïe, ça avait du lui faire mal, au pauvre Anglais. Yuuya releva la tête, paniqué. Il s'excusa:

"Waah! Jared-san, dé-désolé!! Tu..Tu vas bien?!"

Il releva la tête, constatant que ce ne serait pas simple de remonter seuls. Mais heureusement pour eux, ils avaient des camarades, à savoir Hilde et Inger. Quoique... Hilde serait capable de les laisser là pour se marrer et revenir les chercher dans quelques heures. Il espérait que non.
Heureusement, Hilde n’eut pas cette idée machiavélique. Elle se pencha au dessus du trou et rit:

"Inutile de vous demander si vous avez besoin d'aide, hihi~. Vous voulez pas faire la courte-échelle là ? A moins que vous ayez envie de faire autre chose tous les deux..."

Yuuya rougit intensément. Faire quoi...?! Nan, ce n'est sûrement pas ce qu'elle voulait dire... Il se frappa intérieurement pour avoir pensé à une telle chose. Puis il acquiesça, la courte échelle était une bonne idée. Il laissa l'honneur à Jared, qui remonta sans grandes difficultés. Mais ça allait être bien plus dur pour lui de remonter... Il entendit qu ça s'agitait un peu sans vraiment capter ce qu'ils disaient. Puis il attrapa la main qui s'offrait à lui, une fois en haut, il se rendit compte qu'ils s'y étaient mis à trois. Il se vexa un peu, et tourna la tête, les bras croisés:

"Dites le tout de suite si je suis lourd!"

Mais bon, le plus important, c'était qu'il soit remonté et sain et sauf. Ainsi que son ami, bien sûr.
L'aventure venait de commencer, et le reste promettait d'être drôle.
Du moins c'est que l'innocent, et très naïf sur ce coup là, Yuuya pensa sur le moment. Le pauvre, il avait pas fini d'en voir de toutes les couleurs. Ne serait-ce qu'en regardant Hilde.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inger K. Brandsen
A Superhero, just like Human Torch ♨
avatar
• Messages : 21
• Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Une balade en forêt au départ anodine [ft. Hilde, Yuuya & Inger.]   Sam 3 Mar - 16:18

L'endroit où elle avait atterri était vraiment incroyable. Et pas seulement à cause du ciel et du champ de Lycoris qui, dès son arrivée, lui avaient semblé trop beaux et figés pour être réels. Pas seulement à cause des Ombres dangereuses qui sortaient la nuit après les douze coups de minuit. Une âme charitable lui avait dit de s'enfermer à double tour dans le premier appartement vide si elle tenait à la vie, la veille au soir. Cette même personne lui avait raconté ce qui l'attendait si elle n'allait pas s'y réfugier. La première et seule aide qu'elle avait reçue après son atterrissage avait consisté en une mise en garde des plus inquiétantes... Ce qui n'aidait pas vraiment Inger à se rasséréner dans ce lieu parfaitement inconnu.
Mais ce qui l'impressionnait le plus dans cet endroit, c'était autre chose. Quelque chose qu'elle sentait jusque dans ses tripes. Elle savait que ce monde était trop merveilleux et inquiétant à la fois pour exister vraiment. Ce ne pouvait être que le fruit de son imagination. Elle devait forcément rêver. Ou pire encore, halluciner pendant sa fuite. Si ça se trouvait, elle était tombée, s'était pris un sacré coup sur la tête, et continuait d'évoluer dans les rues de Copenhague tandis que les flics la rattrapaient.

Si tel était le cas, elle était dans la merde.

Il fallait qu'elle demande son chemin. La Danoise avait beau connaître par cœur la capitale où elle avait grandi, l'agencement des rues de ce village ne lui disait absolument rien. Et il y avait trop peu de passants si tôt le matin pour répondre à toutes ses questions.
Comme pour mettre fin à ses attentes et à son stress grandissant, des bruits de pas retentirent derrière elle, et un homme la dépassa peu après. Animée par un faible espoir, elle décida de tenter le tout pour le tout. Elle le rattrapa rapidement, contrainte de courir pour couvrir la distance qu'il faisait avec ses grandes jambes, puis l'interpella.

« Euh... Excusez-moi... »
Intrigué, l'inconnu se retourna et... Inger se figea d'horreur. Mon Dieu. Sa mâchoire. Terrifiante. Y avait pas idée d'avoir des dents aussi monstrueuses qui s'échappaient de ses lèvres pour se croiser. Sérieux, comment il faisait pour embrasser dans de telles conditions ?! En tout cas, avec une dentition pareille, il pourrait déchiqueter n'importe quel canard en plastique, même le plus résistant, sans fournir le moindre effort. Alors pour la chair humaine... Un horrible frisson lui parcourra l'échine à cette pensée, et ni une ni deux, elle prit ses jambes à son cou. Laissant derrière elle un pauvre Originel qui n'avait strictement rien compris à ce qui venait de se passer.


La jeune fille ne s'autorisa une pause qu'une fois sûre que le monstre était loin. Et ce ne fut qu'à ce moment qu'elle réfléchit un peu à ce qui s'était passé. Mais bon sang, où est-ce qu'elle avait bien pu atterrir ? Ou plutôt, pourquoi avait-elle de telles hallucinations ? Elle ne se savait pas aussi imaginative... Il fallait qu'elle trouve un moyen de se barrer d'ici tout en évitant les flics qu'elle avait aux trousses. Ce ne serait pas une mince affaire.

Les larmes aux yeux et paniquée, Inger regarda autour d'elle pour vérifier que l'homme à la mâchoire proéminente ne l'avait pas suivie. Et c'est alors seulement que son regard se posa sur la seule personne présente dans l'allée. Assise sur un banc, complètement captivée par sa lecture, la jeune fille avait -malgré une couleur de cheveux peu habituelle- l'air parfaitement normale. Au plus grand soulagement d'Inger. Alors cette dernière s'avança vers l'inconnue et tenta d'entamer la conversation. Retenter d'obtenir des informations sur cet endroit, c'était ce qu'elle avait en tête. Mais elle n'aurait jamais pu prévoir le ton sec qui lui coupa la parole.
La fille aux cheveux roses lui lança un regard noir. Visiblement, elle n'avait pas apprécié d'être dérangée en pleine lecture. Soudain mal à l'aise, Inger aurait bien été tentée de faire machine arrière pour trouver une personne plus encline à lui refiler de l'aide, mais elle avait des questions urgentes à poser. Et la première s'échappa de ses lèvres sans qu'elle n'ait véritablement réfléchi.
Contrairement à toute attente, l'adolescente au bouquin lui répondit. Sans beaucoup rechigner. Sans l'envoyer promener. Elle lui balança plus d'information que ce à quoi elle s'attendait tout en gesticulant, comme pour exagérer l'ampleur de ses propos. Mais le principal était là. Il n'y avait pas de policier. Elle ne serait pas arrêtée. Le soulagement qui monta en elle lui arracha un sourire et elle remercia même l'autre pour sa réponse. Pas parce qu'elle avait été aimable avec elle -puisque ça n'avait pas été le cas. Pas uniquement parce qu'elle avait répondu à sa question. Mais surtout parce qu'elle venait de lui donner la preuve qu'elle était enfin tirée d'affaire.
Forte de cette pseudo-victoire, Inger demanda une faveur à l'inconnue, risquant de se prendre un refus en pleine face.

« Ça te dérangerait de me faire visiter au moins les alentours pour que je me repère ? »
Une requête qui reçut une réponse positive. Pas très aimable, certes. Mais au moins, pour la première vraie fois depuis son arrivée, quelqu'un acceptait de l'aider. Peut-être que cette fille n'était pas ce qu'elle avait pensé tout d'abord. Peut-être que derrière son apparence rustre se cachait finalement une grande gentillesse.
Espérant que sa première impression était fausse, la Danoise suivit cette Hilde, comme elle disait s'appeler, dans les rues et ruelles du village, écoutant attentivement ses explications. Mais pas très longtemps. L'Allemande décida brusquement de s'éloigner de la rue passante en empruntant une ruelle adjacente... Et c'est ainsi qu'elles se retrouvèrent nez à nez avec deux jeunes hommes. Deux personnes que son guide connaissait visiblement.

Jared et Yuuya. Tels étaient leur noms. Malgré une courte hésitation du premier, ces deux comparses acceptèrent la proposition d'Hilde. Ils se joignirent ainsi à leur troupe pour une promenade en forêt. Inger hésita néanmoins un bref instant avant de les suivre. N'avait-elle pas juste demandé une visite des alentours ? Et voilà qu'ils partaient pour une véritable promenade en forêt. Certes, cela lui permettrait d'avoir un plus grand aperçu du monde où elle se trouvait et devrait vivre à partir de maintenant. Mais elle avait déjà recueilli tous les renseignements qu'elle voulait. Alors pourquoi finit-elle par les suivre ? Sans doute que la tentation de se faire des amis dans un univers inconnu l'emporta sur le reste. Des amis qu'elle n'avait pas vraiment eu la chance d'avoir au Danemark.


Hilde les conduisit donc jusque dans la forêt et les guida un petit instant au milieu des bois... Jusqu'à ce que l'inquiétude finisse par gagner la troupe. La Danoise n'était pas la seule à presque angoisser sous le couvert des arbres. Il y avait aussi ce Jared, que le comportement trahissait au moindre bruit. Il posait des questions peu affirmées qui augmentaient le propre doute d'Inger. N'étaient-ils pas perdus ? Le blond marquait un point : elle avait bien l'impression de tourner en rond. Ou bien était-ce juste parce que tout se ressemblait ici ? A vrai dire, elle ne parvenait pas à se faire une idée précise. Et l'attitude assurée de leur guide augmentait ce doute qui la submergeait.

Restant parfaitement silencieuse à toutes leurs paroles, mine de rien peu présentes, la jeune femme observa les arbres, tentant de voir une irrégularité dans le paysage. Elle réfléchissait, songeait au comportement de l'Allemande, et surtout à leur égarement potentiel dont elle ne semblait pas se rendre compte. Enfin, ça, c'était avant le hurlement qui manquait cruellement de masculinité. Inger fit un véritable bond en l'entendant, brutalement ramenée à la réalité et à la dangerosité de la forêt. Soudain alerte, elle regarda autour d'elle pour savoir qui avait hurlé ainsi, et ses yeux se posèrent sur une Hilde morte de rire juste devant un trou.
S'avançant avec hésitation pendant que l'autre fille sortait une remarque moqueuse à l'intention de deux personnes, elle se pencha en avant pour vérifier ce à quoi elle s'attendait. Jared et Yuuya, l'un au-dessus de l'autre, au fond du trou. Ils étaient tombés. C'étaient leurs hurlements superposés qui lui avaient fait peur. Juste ça. Inger retint un sourire amusé face à leur situation et sa propre réaction. Elle ne savait pas si c'était sa présence inattendue dans un monde étrange ou la forêt qui la mettait dans cet état, mais elle flippait vraiment pour un rien.

L'Anglais sortit du trou aidé par son ami, et il fallut bien vite aider le dernier à revenir sur terre. Répondant mécaniquement au regard de la fille à la Parka, Inger agit comme un robot pour les aider à tirer Yuuya hors de la crevasse. Des gestes saccadés, une poigne de fer sur le poignet du prêtre, toute la force de ses muscles additionnée à celle des deux autres, et il les avait rejoints.

« Dites le tout de suite, si je suis lourd ! »
Yuuya marquait un point avec cette remarque. Mais oui, il était lourd. Ou plutôt, son poids entraîné par la gravité, sa position basse par rapport à eux qui les contraignait à se baisser et ne les aidait pas à prendre un bon appui, en plus de leurs muscles trop faibles. On ne pouvait pas dire que cela les aidait vraiment à le remonter en s'y mettant à deux ou seul. Au moins, ils n'avaient pas eu à faire un trop grand effort physique pour le remonter, et avaient pu placer leur propre poids en balance pour éviter de chuter inutilement à leur tour. Alors Inger répondit simplement en haussant les épaules :

« C'était soit ça, soit on risquait de retomber avec toi. Alors à choisir, mieux valait s'y mettre à trois et tous s'en sortir, non ? »
Puis, la Danoise se tourna vers Hilde. Jugeant qu'ils s'étaient assez promenés, et peut-être aussi désireuse de sortir de cet endroit où elle ne se sentait pas rassurée avant qu'un autre piège ne vienne les surprendre, elle lança à l'intention de tous.

« Bon, je sais pas vous, mais moi, la forêt qui est identique en tout point, ça me passionne pas. Alors ça vous dirait pas de sortir, quitte à continuer la promenade ailleurs ? »
Non elle n'avait pas peur. Enfin, si, mais elle ne voulait pas l'admettre devant eux. Même si elle était certaine qu'ils se douteraient de quelque chose. Mais bon, qui ne tente rien n'a rien, comme on dit.
Du doute passa alors dans son regard, ainsi que l'espoir de se tromper, et elle continua :

« Ah moins que tu ne connaisses pas aussi bien la forêt que tu ne l'affirmes, Hilde... »


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jared D. Adamson
Cuz smile is all we have.✞
avatar
• Messages : 42
• Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: Re: Une balade en forêt au départ anodine [ft. Hilde, Yuuya & Inger.]   Mar 6 Mar - 19:00


"Where we go we don't need roads, roads,
Where we stop nobody knows, knows,
To the stars if you really want it !"
Rocketeer - For east movement





Boum. Patatrac. Vlam. Puis le silence. Bordel, ça faisait mal. Et puis d’abord, c’était injuste ; hautement injuste. Pourquoi c’était Jared qui tombait toujours le premier ? Bon, c’était un peu sa faute à vrai dire. Mais ce n’était pas une raison ; suffisante, du moins. D’ailleurs, pourquoi les deux jeunes gens passaient-ils leurs temps à tomber ? Y’avait plus fun, comme activité.
Jared essaya de repousser le corps de Yuuya qui le clouait au sol, échoua, gesticula, puis lâcha l’affaire. Il se contenta donc de gémir de douleur comme un chien blessé, tandis qu’en essayant de se pousser Yuuya écrasait les parties les plus sensibles de son corps. (Parties que nous ne citerons pas. Merci.). A demi dans les vapes, il n’entendit que vaguement les inquiétudes du japonais à l’égard de sa santé.

"Waah! Jared-san, dé-désolé!! Tu..Tu vas bien?!"


Mis à part le fait qu’il venait de faire une chute de plus de deux mètres, qu’il venait de recevoir soixante-dix kilos dans la gueule, qu’il était en train d’agoniser et qu’il mourrait certainement dans la minute suivante, qu’en prime il était perdu dans la forêt au beau milieu d’une bande d’abrutis dont le sens de l’orientation total était à peu près égale à celui d’un caillou, que s’il mourrait il reviendrait sûrement sous forme d’esprit afin d’hanter celle qui l’avait entraîné dans cette aventure stupide, qu’il avait de la terre dans la bouche, que ses vêtements étaient bons pour le pressing et qu’il avait faim, oui, tout allait pour le mieux.
Mais bien sûr il n’eut pas le loisir de cracher cela à la figure de Yuuya pour deux raisons ; la première, c’est qu’il n’était pas franchement en état de formuler autre chose qu’un « oui » hagard. La deuxième, parce qu’il n’avait pas envie d’être méchant avec le japonais. Qu’il aimait bien, par ailleurs. Un peu trop bien, même si Jared se refusait inconsciemment aux signaux que son corps, son être, son cerveau, ses pensées et ses joues lui envoyaient. Troisièmement parce que c’était sa faute – ou plutôt celle de la racine, mais personne ne voudrait croire qu’elle était en réalité liée aux forces du mal et aidait secrètement Voldemort dans sa lutte contre le mal, ou bien la team Rocket dans son ambition d’écraser l’amour et la vérité. Voilà.

"
Inutile de vous demander si vous avez besoin d'aide, hihi~. Vous voulez pas faire la courte-échelle là ? A moins que vous ayez envie de faire autre chose tous les deux..."


La voix de Hilde, légèrement étouffée par la distance qui les séparait lui parvint, ranimant le garçon qui se releva sur les avant-bras. Il cherche Yuuya du regard, buta contre la pénombre. L’obscurité, tout autour de lui. Un parfum de terre entêtant. Il cracha – chose peu élégante. Ça tombait bien, c’était un homme. – l’humus avalé au moment de la chute puis tenta de se relever…
Fit un pas, puis s’écroula à nouveau. Bilan ; une cheville foulée, quelques neurones en moins et une jambe légèrement endommagée. C’aurait pu être pire, ç’aurait put être mieux également. Mais autant voir le bon côté des choses ! Même si présentement, c’était difficile. Difficile ? Non, horriblement difficile.
Il ne vit pas la rougeur qui avait envahi le visage de Yuuya suite aux précédentes paroles de l’arc-en-ciel, à vrai dire il n’avait même pas entendu ce que Hilde avait proféré. Certes, il avait entendu sa voix… Mais sous la forme d’un gargarisme incompréhensible, dont il n’avait pas cherché à fouiller plus loin le sens.

Finalement, Yuuya aida Jared à remonter le premier (courte-échelle rpz), qui peina tout de même un petit peu par la faute de ses membres abîmés. Puis on tracta le japonais à trois, qui se révéla hautement vexé de cette initiative. Certes, en temps normal Jared aurait pu l’aider seul. Oui ; en temps normal. Là, c’en était pas un. Plutôt un temps anormal.
Enfin, temps ou temps, sa cheville foulée l’empêchait de prendre un appui assez stable pour sortir le japonais de son trou, et il ne put s’empêcher de retrouver son sourire carnassier en voyant le jeune-homme s’offusquer.

« Dites le tout de suite, si je suis lourd ! »
« C'était soit ça, soit on risquait de retomber avec toi. Alors à choisir, mieux valait s'y mettre à trois et tous s'en sortir, non ? répondit Inger, vraisemblablement blasée par la situation.»


Un point pour la rousse. Et puis, ce n’était pas mauvais pour un homme d’être lourd, tant que ce n’était pas du gras. Et de la graisse, Yuuya en était totalement dénué, chose qui n’était pas là pour lui déplai… Jared se stoppa mentalement. Il ne connaissait pas le « pouvoir » de la rousse. Et si jamais elle arrivait à lire dans son esprit ? Aussitôt, le jeune-homme ferma ses pensées et imagina un arc-en-ciel où dansaient en rythme des cochons et des licornes magiques. Sur la macarena, même.
Elle le prendrait peut-être pour un fou, mais au moins elle ne devinerait pas son attirance pour… pour le japonais ? Jared se rabroua, ils étaient juste amis, enfin !
Jared tituba jusqu’à Yuuya et le prit par l’épaule afin de le conforter. (bon, aussi pour s’appuyer sur lui, sa jambe pulsant à présent une douleur violente. Petite feinte de coyote rpz.)

« Bah t’es lourd. Mais on a pas dit que tu étais gros, vu que dans ton cas c’est que du muscle ! Enfin, ça semble, le rassura le blond. »


Jared oscilla, jetant des regards autour d’eux. Il ne trouvait aucuns points de repères dans cette forêt sinistre et uniquement composée… d’arbres. Normal, en même temps. Il remarqua que la lumière filtrait par les feuilles se faisaient moins lumineuses, plus ternes. Il en conclue que la nuit ne tarderait pas à pointer le bout de son nez, et une idée affreuse traversa son esprit.
Et si jamais ils étaient vraiment perdus ? s’ils ne trouvaient jamais la sortie ? S’ils se faisaient dévorés par les Ombres ? A cette idée, le jeune-homme frissonna d’horreur. Se retrouver face à ces créatures du malheur le terrifiait ; rien que les entendre le soir gratter désespérément à sa porte le mettait mal à l’aise, qu’est-ce que ce serait si jamais il se retrouvait en face d’elle ?

« Bon, je sais pas vous, mais moi, la forêt qui est identique en tout point, ça me passionne pas. Alors ça vous dirait pas de sortir, quitte à continuer la promenade ailleurs ? Ah moins que tu ne connaisses pas aussi bien la forêt que tu ne l'affirmes, Hilde... »


Evidemment qu’elle connaissait mal la forêt, la gamine. Jared lança un coup d’œil à la dénommée à travers sa frange. Elle semblait s’amuser de cette situation, et c’était là le pire. L’anglais quitta son appuie et alla se laisser tomber contre l’arbre le plus proche. Il souffla, puis prononça avec un calme considéré ;

« J’espère que tu sais par où est la sortie, étant donné qu’on a passé notre temps à zigzaguer. Dans le cas contraire, on mettra des heures et des heures à retrouver notre chemin. Dans ce cas-là, je ne donne pas cher de nos peaux. – Son sourire s’agrandit, menaçant à présent. – Je vous jure que si on meurt, je vous tue tous. »


Oui, sa chute l’avait légèrement ébranlé. Au niveau, cérébrale notamment ; si bien qu’il trouva sa dernière affirmation largement sensée. Les bras croisés, il dardait sur eux son regard invisible. Il effleura Hilde, passa à Inger, qui l'intriguait. Finalement il s’attarda sur Yuuya, mais se força à décaler son regard. La gêne ? Un quoique ce soit d’étrange ? Il ne savait pas vraiment.

« Oooh ! s’émerveilla Jared prit d’une illumination céleste. »


Voyant que l’attention des autres se concentrait sur lui, il prit son temps pour mettre en ordre ses idées. Puis d’un ton posé et totalement sérieux, il sortit la chose la plus inutile et inapproprié à la situation de toute sa vie entière ;

« Regardez, à nous quatre on représente toutes les couleurs de cheveux possibles. Je suis blond, Yuuya est brun, Inger est brune et Hilde est… rose.»


Oui, sa tête c’était sûrement violemment cognée. Enfin.
Se rendant compte que son intervention ne servait strictement à rien, à part peut-être que… non, elle ne servait à rien. Bref, après avoir fait cette constatation, il enchaîna directement sur un sujet plus sérieux ;

« Enfin, passons. Hilde, fais-nous sortir de cette forêt. J’en ai ras-le-bol des leopludorn, des trous, des racines machiavéliques, des pommes de pains, des arbres, de la boue, de la terre, des feuilles de cèdre, de touuut. En plus j’ai mal à la cheville, donc fais-nous sortir immédiatement, merci. Je suis du côté d’Inger, personnellement. »


C’est alors qu’un hurlement à glacer le sang retentit tout près d’eux. Un frottement. Un reniflement glauque, des bruits de pattes qui foulent les feuilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilde Weissmüller
The craziest Panda.ಠ_ಠ
avatar
• Messages : 76
• Date d'inscription : 29/12/2011

MessageSujet: Re: Une balade en forêt au départ anodine [ft. Hilde, Yuuya & Inger.]   Sam 10 Mar - 19:08

«Dites le tout de suite si je suis lourd!»
Oui Yuuya, t'es lourd. Dans le sens propre comme dans le sens figuré, peut-être. Hilde ne lui avait jamais vraiment adressé la parole et l'avait seulement croisé quelques fois dans le rues de Tamashi no Higan. Mais ce côté soumis ne plaisait pas spécialement à la plus jeune, qui se faisait donc un plaisir de faire preuve d'un sarcasme remarquable dès qu'elle lui parlait. Bref. Ils avaient dû s'y coller à trois pour le faire sortir du trou et l'adolescente se demandait encore pourquoi elle ne l'avait pas laissé croupir jusqu'à ce que la nuit tombe. Mais le-blond-à-la-frange-de-caniche-trop-dark-qui-lui-cachait-les-yeux ne semblait malheureusement pas de cet avis. Qu'est-ce qui l'empêchait de le repousser dans le trou ? Ah oui, se retrouver seulement avec cette Inger l'enchantait encore moins. Cette même Inger posait un tas de questions dès qu'elle en avait l'occasion. A Hilde.

« Bon, je sais pas vous, mais moi, la forêt qui est identique en tout point, ça me passionne pas. Alors ça vous dirait pas de sortir, quitte à continuer la promenade ailleurs ? »

Mais si voyons, les balades dans une forêt où on a l'impression que les arbres ont été copiés/collés un millier de fois et où on a pas la moindre idée de sur quoi on peut tomber...il n'y a rien de plus divertissant et amusant pourtant! Non décidément l'Allemande ne voyait pas de quoi Inger parlait et ne semblait pas décidée à quitter la forêt pour le moment. Son but restait tout de même de faire tourner ses compagnons d'infortune en bourrique et il serait loin d'être atteint s'ils se montraient si réticents. Il n'y avait qu'elle qui pensait à s'amuser et à oublier ses peurs ? Apparemment oui, au vu des têtes d'enterrement que tous tiraient. Hilde était quasiment certaine que la Danoise mourrait de peur, tout comme Jared, qui par contre, le montrait un peu trop (trop d'hystérie tue l'hystérie). Quant à Yuuya, elle s'en fichait royalement. La victime numéro un s'appelait Inger (bizutage ? Aucun, enfin!), le reste de la troupe était secondaire.

« A moins que tu ne connaisses pas aussi bien la forêt que tu ne l'affirmes, Hilde... »


C'était certain, la benjamine du groupe n'était jamais entrée dans cette forêt. Elle l'avait juste un peu observée (l'idée de s'y aventurer seule l'effrayait légèrement) et la connaissait comme un Tchécoslovaque de l'est avait connaissance de l'élevage des ours blancs afro-américains dans les vastes prairies du Mont Oural. Mais admettre qu'elle ne savait pas comment sortir de la forêt serait plutôt synonyme de défaite pour la jeune fille, qui répondit à Inger d'un regard amusé et d'un sourire qui ne disait rien de bon. Avant de pouvoir ouvrir la bouche pour lui quoi que ce soit, Jared -qui étrangement n'avait pas parlé depuis UNE MINUTE ATTENTION- se mit en mode «encore plus dark qu'il ne l'était déjà» et menaçait plus ou moins Hilde. En gros, si ils n'étaient pas sortis de la forêt dans les minutes qui suivaient ses paroles ils mourraient. Puis ils mourraient une deuxième fois de la main de Jared. Normal. Tout à fait normal. Et logique, aussi! Le sourire de l'adolescente ne fit que s'agrandir et bientôt elle fut victime d'une énorme crise de fou rire. Toujours à cause du blond, qui avait définitivement un pet au casque depuis sa chute.
La jeune fille avait d'abord cru qu'il avait eu une idée extraordinaire pour les faire sortir de la forêt. Elle était bien loin de se douter qu'en fait, il venait de remarquer qu'à eux quatre ils représentaient toutes les couleurs de cheveux possibles. Remarque inattendue, débile, inutile. Et pourtant Hilde en avait mal aux joues à force de rire comme s'il venait de sortir LA blague du siècle (ce qui était plus ou moins le cas, selon son point de vue douteux).

« Enfin, passons. Hilde, fais-nous sortir de cette forêt. J’en ai ras-le-bol des leopludorn, des trous, des racines machiavéliques, des pommes de pains, des arbres, de la boue, de la terre, des feuilles de cèdre, de touuut. En plus j’ai mal à la cheville, donc fais-nous sortir immédiatement, merci. Je suis du côté d’Inger, personnellement. »


Jared n'était pas un pleurnichard non non c'était faux de vouloir dire des choses pareilles de lui. Quelque part, l'allemande en avait aussi assez des leopludorn, des trous, […] et des feuilles de cèdre. Mais le plus énervant était peut-être les jérémiades du blond, que Hilde avait pris pour un garçon distant aux premiers abords. Encore une fois, elle s'était littéralement trompée. Pour toute réponse à ses plaintes l'adolescente...
Se figea.
Un hurlement. A vous glacer le sang.
Là, elle avait peur. Les Leopludorn à côté passaient pour des petits poneys.
La jeune allemande laissa tomber sa curiosité, se leva (parce que mine de rien, elle était toujours assise, les jambes ballantes au-dessus du trou où elle avait voulu laisser pourrir Yuuya et le râleur de service) et prit ses jambes à son cou en hurlant
"ON VA TOUS CREVEEEER ! UN YETI DES BOIIIIS HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII!"
Elle prit soin de prendre la direction opposée au froissement qu'elle venait d'entendre. Le yéti des bois était juste une créature sortie tout droit d'un livre qu'elle avait lu vers l'âge de 10 ans. C'était la première créature effrayante (apparemment capable de déchiqueter même le métal d'un coup de griffe bien placé) qui lui était venue à l'esprit et elle avait quelque part espéré avoir effrayé le reste du groupe. Surtout parce qu'elle ne voulait pas vraiment se retrouver seule dans cet endroit inquiétant qui s'assombrissait de secondes en secondes. Elle risqua un coup d'œil derrière elle et aperçut les autres, qui l'avaient suivie, sûrement parce qu'ils lui faisaient encore un tout petit peu confiance. Grave erreur. Lorsque les hurlements du soit-disant yéti des bois furent étouffés par les arbres, Hilde décida de s'arrêter, les mains sur les genoux, haletante. Les occasions de courir comme un attardé se faisaient de plus en plus rares à Tamashi no Higan (sauf lorsqu'il lui arrivait d'énerver les originels qui croisaient son chemin) et elle allait mettre plusieurs minutes à récupérer. Pas gênée le moins du monde par l'herbe et la terre, l'adolescente s'allongea sur le dos à même le sol et prit une grande inspiration.
Une poignée de secondes plus tard, elle se mit sur le ventre et tomba nez à nez avec des champignons. C'est aussi à ce moment-là que son ventre se mit à gargouiller. Si ses souvenirs étaient bons, la dernière chose qu'elle avait avalé se résumait à un peu de chocolat. La veille. Donc oui, son estomac avait le droit de réclamer sa dose.

«Héééééé des champignooooooons ! Ça tombe plus que bien, je crève la dalle là.» cria-t-elle à l'attention des autres, même si ils n'allaient peut-être pas réagir.
Le danger ? Ah non, 'connait pas. Peu importe si ce qu'elle allait manger était dangereux. Peu importe si elle allait être malade à en crever. Ce qu'elle (ou plutôt son pauvre estomac vide) voulait, c'était manger. Rien qu'un peu. Hilde en arracha un et gloussa : ils étaient rouges. Dans les dessins-animés, tout ce qui était rouge ne présageait jamais rien de bon. A Tamashi no Higan...elle ne savait pas vraiment. A part les Lycoris, la jeune fille ne se souvenait pas avoir vu autre chose de rouge. Ou peut-être...mmh non. Elle jeta un rapide coup d'œil aux autres : ils semblaient aussi enchantés de goûter ces champignons transgéniques que de danser la polka en tutu en haut d'une falaise de l'Antarctique.

"Bon bon, j'ai compris, je me mets en mode cobaye.»

Ils avaient l'air ignobles, mine de rien. L'adolescente déglutit et goba presque le champignon rouge pour éviter de sentir le goût. Ça n'avait strictement rien changé. Au début, il ne se passa rien de spécial. Ils n'avaient pas l'air qu'ignobles en réalité, ils l'étaient vraiment. Hilde avait eu l'impression d'avaler un mélange de Smecta, de lait caillé et de viande crue (oui c'est tout à fait normal de mélanger ce genre de choses, pourquoi ?). Elle grimaça seulement et se tourna de nouveau vers la petite troupe, qui semblait presque suspendue à ses lèvres. Ils voulaient surtout savoir si ils pouvaient se gaver de ces aliments étranges.

"Baaah ils sont dégoûtants et en plus..."

Elle n'eut pas le temps de dire grand chose de plus. Sa vue se troubla et à la place d'Inger, Jared et Yuuya se tenaient toujours les mêmes personnes, mais avec les têtes inversées. Ainsi, Hilde voyait la tête d'Inger qui regardait ailleurs sur celle de Jared, la tête de Yuuya qui semblait étonné de la situation placée sur le corps d'Inger et la tête de Jared avec sa frange qui cachait la moitié de son visage sur le corps de Yuuya. Elle nageait carrément en plein délire et n'avait sûrement pas conscience que dans la réalité, aucune tête n'avait été échangée. L'adolescente, qui se demandait si elle n'avait pas des spirales à la place des yeux maintenant courut (alors qu'elle tombait de fatigue la minute d'avant) vers Yuuya-avec-tête-de-Jared et fit mine de lui hurler dessus.

Heeeuehhhheeh JAREEEED! T'dis en avoir maarre des Lé..des..Lélé..des..Lélopol...Léoploudournkna mais en faaaait.. c'est troooop nos amis respecte les maaaan ok ! Peaaace mon frèèèèèèreeee.»
C'était en fait à Yuuya qu'elle s'adressait, mais Hilde était loin, très loin de s'en rendre compte. La jeune allemande à moitié droguée se mit à tournoyer sur elle-même en chantant une chanson étrange qui pouvait rappeler «The candy moutain song», qui traitait donc de bonbons, de bonbons et encore de bonbons.
Les champignons hallucinogènes, il n'y avait rien de mieux.

_________________
HILDE IS SO BADASS.ಠ_ಠ


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuuya Higashino
Who will fill the void in my heart?
avatar
• Messages : 105
• Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: Re: Une balade en forêt au départ anodine [ft. Hilde, Yuuya & Inger.]   Sam 19 Mai - 20:59

Bon, ok. Il était lourd. Tout le monde l'affirmait. Mais quand Jared lui dit, en s'appuyant sur son épaule, visiblement pour le réconforter:

"Bah t’es lourd. Mais on a pas dit que tu étais gros, vu que dans ton cas c’est que du muscle ! Enfin, ça semble..."

Les yeux de Yuuya se mirent à briller. Le jeune garçon chevelu savait toujours quoi dire pour lui remonter le moral, et ça devait être pour ça que Yuuya pouvait exprimer ses sentiments sir directement avec lui, chose qu'il était incapable de faire avec les autres. Mais bon, passons, c'est pas comme si nous étions dans le "journal de déclarations d'amour inconscientes de Higashino Yuuya-kuuuuun". Donc, revenons à nos moutons: Ils étaient toujours paumés dans cet espace qui ressemblait plus à un fichier photoshop, dans le quel on avait collé un render d'arbre, qu'on avait dupliqué des milliiiiiiiooooons de fois qu'à autre chose.
Bientôt dans sa tête, il commença à douter d'Hilde. Étaient-ils sur le bon chemin, le soleil n'allait il pas bientôt se coucher? Il commençait déjà à décliner. Et s'ils étaient vraiment perdus, qu'allaient-ils faire? Allaient ils rester ici? Allaient ils mourir ici, dévorés par les ombres?! Yuuya ne voulait pas mourir. Il sentait qu'il avait encore tant de choses à accomplir. Il sentait qu'il avait quelque chose à dire à une certaine personne. Qui? Quoi? Pourquoi? Ça, il ne savait pas. Peut être le saurait il dans un futur proche? Peut ne le saurait il jamais. Parce que s'ils ne sortaient pas de cette forêt remplie de racines maléfiques, ils n'auraient PAS de futur. Ni lui, ni les autres. Puis, sortant l'exorciste de ses sombres pensées, Inger prit la parole, disant à haute voix ce que pensait tout le monde tout bas:

"Bon, je sais pas vous, mais moi, la forêt qui est identique en tout point, ça me passionne pas. Alors ça vous dirait pas de sortir, quitte à continuer la promenade ailleurs ?"

Sainte Inger. Tel serait son nouveau nom. Oui, sante. Parce qu'elle allait se faire trucider par l'allemande pour avoir osé évoquer à haute voix son doute quant à sa connaissance de la forêt. Sainte Inger, morte tuée par une batte de baseball, RIP, Paix à ton âme, repose en paix, bref, tout ce que tu veux, mais nous n'oublierons jamais ton sacrifice. Deux minutes de silence précoce pour la future disparue. (imaginez un accent anglais pourris derrière ce qui va suivre) AH! Retournement de situation, mais c'est merveleouuuus Patrick!! Hilde ne sort pas sa batte avec dextérité et ne trucide pas Inger, mais lui montre un sourire amusé, le tout avec une adresse, et une fluidité digne des plus grands gymnastes de ce monde, mais Patrick, IT'S AMAZIIIIIING!!!! -veuillez patienter deux secondes, le temps qu'on vire Nelson, et nous pourrons reprendre notre histoire. Voilà, nous pouvons reprendre, nous nous excusons platement parterre pour cette interruption-. Bref, Inger ne devint pas une martyr. Mais elle peut quand même conserver son titre de sainte, vive la générosité!
Jared prit ensuite la parole:

"J’espère que tu sais par où est la sortie, étant donné qu’on a passé notre temps à zigzaguer. Dans le cas contraire, on mettra des heures et des heures à retrouver notre chemin. Dans ce cas-là, je ne donne pas cher de nos peaux. Je vous jure que si on meurt, je vous tue tous."

Ah, inspiré par le courant révolutionnaire d'Inger, Wild Saint Jared est apparu! -vite, lancez vos pokebaaall!!- Saint Jared, ça sonnait bien. Mais le pauvre Yuuya fut attristé. Lui aussi se ferait tuer? Mais que voulez-vous? Pas de favoritisme quand on est énervé et inquiet pour sa survie. Mais pour redevenir sérieux, Jared avait raison, ils devaient partir, et vite. Et Yuuya, prit la parole, pour dire quelque chose de constructif, chose qu'il n'avait pas faite depuis un moment:

"C'est vrai, nous devrions sortir... Heu...Hi...Hilde-san...? Vous..Vous connaîtriez le chemin jusqu'à la sortie..? Ah! Pas que je doute que vous le sachiez! Bien sû..sûr, mais si... vous pouviez le montrer?"

Facepalm mentale. Encore une fois, il n'avait pas été capable d'exprimer ce qu'il voulait, au contraire, et en plus elle devait le prendre pour encore plus soumit qu'avant! Parce que même si lire l’atmosphère n'était pas le fort du jeune prêtre, il savait bien que l'"arc-en.ciel" -comme l'appelait Jared- n'avait pas une grande opinion de lui.
Quelques secondes plus tard, un "oooooooh" retentit. Jared venait de recevoir l'illumination divine, Yuuya en était certain. Il venait de trouver LE plan qui tue. Qui déchire. Qui les sortira d'ici. Yuuya s'apprêtait à boire ses paroles, quand la désillusion le frappa.
Non, Jared ne venait pas de concevoir LE plan. Il venait jute de se rendre compte qu'ils avaient tous une couleur de cheveux différentes. Bien, mais encore? Yuuya ne pu s'empêcher de poster sa main au front de Jared, et l'autre au sien, pour vérifier si il n'avait pas fièvre. Mais, nan, sa température était parfaitement normale. Il y eu un bref silence, durant lequel tout le monde, sauf Jared, bien sûr, eu une tête mi-WTF, mi-compatissante pour feu-lebonsensdeJAredD.Adamson. RIP, nous ne t'oublierons jamais, petit bon sens, snif. Encore deux minutes de silence, s'il vous plaît, pour le disparu.
Mais le blond se ressaisit et dit:

"Enfin, passons. Hilde, fais-nous sortir de cette forêt. J’en ai ras-le-bol des leopludorn, des trous, des racines machiavéliques, des pommes de pains, des arbres, de la boue, de la terre, des feuilles de cèdre, de touuut. En plus j’ai mal à la cheville, donc fais-nous sortir immédiatement, merci. Je suis du côté d’Inger, personnellement."

Ah,enfin quelques paroles censées. Même Yuuya ne pu s'empêcher de le penser. Il acquiesça, étant lui aussi du côté de la fille à la chevelure bicolore, Sainte Inger.
Puis, d'un coup. Sans prévenir. Coupant toute communication. Glaçant le sang du groupe, il retenti. LE cri. Un cri strident, résonant dans la forêt -parfaite illustration de la symétrie centrale- faisant trembler de peur le jeune japonais. Hilde se mit à crier, et détala. La question"Mais qui était le yéti des bois?" ne traversa pas l'esprit de Yuuya. Et certainement pas l'esprit des autres, qui, sans se jeter de regards, prirent leurs jambes à leurs coup. Ils coururent. Coururent. Coururent. Oubliant leur manque de confiance envers Hilde. Ils devaient survivre. le groupe s'arrêta une fois que le cri ne se fit plus entendre. Yuuya s'écroula ses ses genoux. L'endurance, c'était pas son fort. Non, pas du tout même. Surtout à cette vitesse. Une fois un peu calmé, il examina les alentours: des arbres. OK. Ça, on sait. Mais encore? Bah, rien. A part que c'était plus sombre qu'avant. La nuit approchait à grands pas. Yuuya sentait que, bientôt, il allait craquer. Désespoir. Stress. Et tout un tas d'autres sentiments. Il allait fondre en larmes.
Avant qu'il n'ai pu continuer de se lamenter, un bruit déchira à nouveau le silence. Mais cette fois, ce n'était pas le cri du "Yéti des bois", mais celui de l'estomac de l'allemande-arc-en-ciel. Suivit d'un :

"Héééééé des champignooooooons ! Ça tombe plus que bien, je crève la dalle là."

Quelques secondes passèrent, sans réponse de la part du groupe.

"Bon bon, j'ai compris, je me mets en mode cobaye."

Et la jeune femme goba le champignon. qui apparemment était vraiment dégoutant, si on en croyait ses dires.
Toutes personnes dotées de bon sens n'aurait pas mangé le champignon. De un, parce qu'ils étaient dans un pays dont la flore leur était complètement inconnue, et de deux, parce que les champignons, faut jamais les manger sur place. Rappelez-vous les enfants, ils faut toujours les amener à un pharmacien spécialiste avant de les manger, sinon vous risquez de mourir, ou de finir comme..... ça:
Qui sait ce qu'il se passait dans sa tête, mais ça devait être un de ces bordels.... Déjà que ça devait pas être rangé d'ordinaire... Mais, là, elle.... avait vraiment bouffé du champi hallucinogène, au sens, malheureusement, propre du terme. Car, vous voyez, elle couru vers Yuuya et lui cria:

"Heeeuehhhheeh JAREEEED! T'dis en avoir maarre des Lé..des..Lélé..des..Lélopol...Léoploudournkna mais en faaaait.. c'est troooop nos amis respecte les maaaan ok ! Peaaace mon frèèèèèèreeee."

Yuuya eu un mouvement de recul. Jared? Mais..Mais?! Il pencha la tête sur le côté. Mais qu'est-ce qui lui arrivait à celle là? Il le pensa trèèèès fort. Il ne sut pas quoi dire. Puis il opta pour le plus simple:

Mais...Mais....Hilde-san, moi, c'est Yuuya.... Jared-san est là-bas....."

Il ne comprenait vraiment pas, comment pouvait elle les confondre?
Elle se mit à danser, à chanter. A chanter à propos de bonbons. Mais...Mais, qu'arrivait il à Hilde?!
Jusqu'au moment où il comprit. Les champignons. Il se tourna vers les deux autres:

"Euuuh... Jared-san, I..Inger-san, ne... touchons pas aux champignons.....peut-être...."
Dans le genre sur de soi, y avait mieux.

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inger K. Brandsen
A Superhero, just like Human Torch ♨
avatar
• Messages : 21
• Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Une balade en forêt au départ anodine [ft. Hilde, Yuuya & Inger.]   Ven 6 Juil - 20:14

Bon. Voilà. Elle l'avait dit. Inger avait profité d'une accalmie après avoir aidé les deux garçons à sortir du trou pour exposer ce qu'elle avait sur le cœur. Mais pas de façon brute, non. Elle ne voulait pas qu'ils croient qu'elle était une froussarde sans la moindre once de courage. Surtout qu'elle ne l'était pas vraiment ; que sans l'accumulation de choses étranges qui l'avaient accueillie dès son arrivée à « Tamashi no Higan », elle arriverait mieux à ignorer cette inquiétude qui semblait la gagner. Alors elle avait filtré les informations, avait fait croire que ça la saoulait juste de marcher dans cet endroit monotone et qu'elle voulait se casser -au plus vite. Et elle avait laissé s'échapper sa crainte sous la forme d'un simple petit -mais rikiki- doute, avec un peu de reproche dans la voix. Ce à quoi Hilde répondit avec un simple regard amusé et un sourire qui ne présageait rien de bon. Très rassurant, dites-moi...

Sauf que visiblement, sa tentative fit un gros plouf. Nada. Niet. Personne n'avait cru à ses faux semblants. Sa peur qu'elle essayait de camoufler à travers des bavardages inutiles avait été carrément grillée, et depuis longtemps en plus. Depuis bien avant leur entrée dans la forêt, en fait. Mais chut ! Ça, elle ne le savait pas.

« J'espère que tu sais par où est la sortie, étant donné qu'on a passé notre temps à zigzaguer. Dans le cas contraire, on mettra des heures et des heures à retrouver notre chemin. Dans ce cas-là, je ne donne pas cher de nos peaux. Je vous jure que si on meurt, je vous tue tous. »
Oulala. C'est qu'il n'avait pas l'air de plaisanter, le Jared. Avec son sourire menaçant là, il y avait de quoi s'inquiéter. Même si bon, sa menace, il pourrait pas vraiment la mettre à exécution. C'était un peu stupide de dire ça, d'ailleurs. Mais l'intention, elle, était quand même là et démontrait la violence dont il pourrait faire usage si jamais la situation se dégradait jusqu'au point de non retour.
Dire qu'à ses premiers mots, elle était contente de recevoir du soutient de sa part. Mais là... Surtout qu'elle n'y était pour rien, dans cette histoire. Bon, d'accord, elle avait suivi le mouvement et n'avait protesté que bien plus tard. Mais n'empêche que l'idée d'origine ne venait pas d'elle !

Yuuya fit une tentative pour exprimer son opinion, mais... Comment dire que son ton assuré n'avait rien d'un soutient pour appuyer leurs propos, à elle et à Jared ? M'enfin, sa réplique signifiait tout de même qu'il était d'accord avec elle. Qu'ils étaient tous d'accord pour sortir d'ici et torturer... Euh, forcer Hilde à leur montrer la sortie. Si tant est qu'elle savait où la trouver. Ce dont Inger doutait un peu plus à chaque minute qui s'écoulait.

Un « Oooh ! » attira l'attention de notre Danoise. Mais pas un Oooh comme quand on se rend compte qu'on a oublié un truc. Non, juste un Oooh émerveillé, comme si on avait eu la révélation du siècle... Ou qu'on avait trouvé un moyen de se tirer d'une sale affaire. Comme celle dans laquelle ils se trouvaient tous les quatre, perdus dans une forêt obscure. C'était le garçon à la longue frange qui l'avait poussé. A peine quelques minutes après sa menace. Inger ne savait pas qu'il était versatile à ce point. Bah maintenant, si.

« Regardez, à nous quatre, on représente toutes les couleurs de cheveux possibles. Je suis blond, Yuuya est brun, Inger est rousse et Hilde est... rose. »
Alors là... Euh... Comment dire que cette ''révélation'' ô combien débile manqua de faire s'étouffer la jeune fille. Elle eut du mal à retenir le fou rire qui la gagnait. Momentanément, le sentiment d'insécurité disparut. Moment d'allégresse et de... Moquerie, oui, c'est ça. Elle se moquait ouvertement de lui et de sa réflexion à deux balles. A croire qu'il avait fumé quelque chose de sérieux en chemin. Ou qu'il avait pris un sacré coup sur la tête en tombant. Oui, ça devait être ça. Ça ne pouvait être que ça. Ce n'était pas la forêt qui lui faisait perdre complètement la tête. (Et pourtant, avec ce qui arriva un peu plus tard à Hilde, il fallait se poser la question).

Cependant, Jared, comme s'il s'était finalement rendu compte de la débilité profonde de sa tirade précédente, la ramena complètement à la réalité en reprenant un sujet bien plus sérieux. Et la première impression qu'elle avait de lui reprit sa place. Celle où il prenait son parti et n'était pas si insensé que cela.

Mais c'était sans compter le hurlement. Et les autres bruits terrifiants qui l'accompagnèrent.

Inger décampa. Comme ça. Sans réfléchir. Poussée par son instinct de survie. Car sitôt le cri retenti, elle s'était sentie en grand danger. Sans avoir même le temps de sentir la peur monter, ou plutôt s’accroître, elle avait pris ses jambes à son cou. Restant sourde au cri d'Hilde sur l'identité du montre qui avait poussé son rugissement. Ignorant les réactions des autres. Et même sans regarder où elle allait. Juste à l'opposé des sons inquiétants.

Mais le hasard fait bien les choses, et finalement, la rouquine avait choisi la même direction que les trois autres. Chance ou bien malchance ? Bah, même si Hilde les avait perdu, tant qu'ils restaient tous ensembles, ils auraient plus de chance de s'en sortir. C'était ce qu'elle se dirait si ses neurones fonctionnaient. Mais là, dans sa course effrénée, elle ne pensait qu'à aller le plus loin possible, du moins tant qu'elle entendrait le hurlement.

Puis, le silence. Sourd, peut-être un peu trop. Pourtant synonyme de pseudo tranquillité. Il n'y avait plus aucun moyen de repérer le monstre, de savoir où il se trouvait. Proche d'eux ? Loin d'eux ? Mystère. Mais l'absence de ce repère avait quelque chose d'apaisant. C'est sans doute pour cela qu'Hilde s'arrêta pour reprendre son souffle. C'est sans doute pour cela que les deux autres l'imitèrent.
Mais Inger, elle, n'était pas en état de réagir à temps. Elle n'avait pas vu leur arrêt soudain ; cette immobilité brusque devant elle. Le pauvre blondinet se prit son poids et sa vitesse en plein dans le dos, avant de dire bonjour au sol. Accompagné par Inger. Elle l'avait renversé et avait causé sa deuxième chute... (Jamais deux sans trois... A quand la prochaine ?)

La bousculade eut le don de ramener la Danoise à elle-même. Où qu'elle se trouvait ? Y s'était passé quoi ? Toujours allongée sur le dos de Jared, elle ouvrit les yeux et regarda autour d'elle. Pourquoi était-elle au sol ? Enfin, c'était bizarre. Ce n'était pas simplement le sol battu de la forêt. Il y avait autre chose... Regardant ce qui se trouvait sous elle, elle se rendit compte qu'elle écrasait l'un de ses compagnons d'infortune. Et pas qu'un peu.

Voulant aussitôt se rattraper, elle se releva -prenant soin de ne pas trop l'écraser au passage- et bredouilla des excuses à moitié incompréhensibles tout en lui tendant la main pour l'aider à se relever. Et vérifiant au passage si elle ne lui avait pas fait trop mal, ni aggravé la douleur qu'il avait toujours dans la cheville.

Mais pas le temps pour s'étaler en excuses ! Car leur guide de pacotille poussa une véritable exclamation pour attirer leur attention. Sur un sujet un peu vital à vrai dire.

« Héééééé des champignooooooons ! Ça tombe plus que bien, je crève la dalle là. »
L'appel du ventre venait de sonner et de marquer le tribalisme de l'être humain... Enfin, en l'occurrence, de cette jeune Allemande qu'était Hilde. D'ailleurs, son estomac ne s'était pas montré très discret. Si la Danoise ne s'était pas inquiété de l'état de Jared, elle aurait sans doute sursauté.
Cependant, les champignons qui les entouraient n'avaient guère l'air comestibles. Outre le fait qu'Inger n'aimait pas ces aliments en général, en voir des rouges comme ceux-là, un peu arrondis, et avec un pied à la forme étrange n'était pas vraiment rassurant... De quoi prendre ses distances et ne surtout pas y toucher. Chose que l'autre fille n'avait pas l'air de penser.

Finalement, Rosette -comment voulez-vous nommer autrement ''une personne qui a les cheveux roses'' ?- décida de servir de cobaye et en goba un sans demander son reste. Avant d'affirmer qu'ils étaient vraiment dégueu. Cela, la rouquine l'avait deviné au premier regard. Et elle savait déjà qu'elle n'y touchera pas, même s'ils s'étaient montrés délicieux en fin de compte.

Mais contre toute attente, l'Allemande eut une réaction plutôt bizarre. Elle s'était levée d'un coup et s'était précipitée sur Yuuya -alors qu'elle avait l'air épuisée par la course comme eux tous l'instant d'avant. Puis, elle l'avait littéralement agressé en... le prenant pour Jared.

« Heeeuehhhheeh JAREEEED ! T'dis en avoir maarre des Lé..des..Lélé..des..Lélopol...Léoploudournkna mais en faaaait.. c'est troooop nos amis repecte les maaaan ok ! Peaaace mon frèèèèèèreeee. »
What. The. Fuck. Comme on dit aux Etats Unis. Et Inger le pensa vraiment très fort. C'était tellement soudain et inattendu que la jeune fille resta figée à regarder l'autre allumée avec de grands yeux, la bouche ouverte. En mode choquée, quoi. Pas étonnant que le Yuuya n'ait pas vraiment su quoi répondre, à part dire qu'il n'était pas Jared. Et comme si ça ne suffisait pas, voilà que la rosette se mit à danser et à chanter une chanson des plus étranges qui traitait de... Bonbons. Ben voyons. Allez dans la forêt de « Tamashi no Higan », perdez-vous... Quelle est la première chose que vous ferez ? Danser et pousser la chansonnette en choisissant le thème des bonbons ? Bah oui, bien sûr, c'est élémentaire -mon cher Watson- tout le monde sait que c'est le seul moyen de survivre dans un milieu hostile ! Regardez la pub avec les loups féroces qui apprécient la musique. Alors pourquoi la chose de tout à l'heure n'aimerait pas les chansons sur les bonbons, hein, dites-moi ?!

« Euuuh... Jared-san, I..Inger-san, ne... touchons pas aux champignons.....peut-être.... »
Aha. Inger eut bien envie de rire. Non, Yuuya, sans rire ! C'est quoi ce peut-être qui casse tout à la fin de ta phrase ?

Sérieux, ils étaient vraiment pas sortis de l'auberge. Entre le blond blessé à la cheville, le brun qui n'était pas foutu de prendre un air assuré chaque fois qu'il parlait et leur pseudo-guide qui avait perdu la tête, ils formaient vraiment une équipe de ouf ! Qui gagnerait les jeux Olympiques sans problèmes et résisterait des années entières dans la jungle amazonienne sans rencontrer le moindre danger. Alors là, c'était certain, ils iraient loin tous ensembles.

Oubliant qu'en se séparant, ils risquaient de se perdre encore plus -surtout si elle partait toute seule de son côté-, la rouquine poussa un profond soupire de désespoir et s'exclama :

« Mais vas-y, j'en ai marre, on s'en sortira jamais à ce train là ! Moi, j'me casse ! »
Cette décision avait tout chassé de son esprit. La peur. Le bon sens, aussi. Elle ne voulait juste pas rester une seule minute de plus avec cette équipe de bolosses. Alors elle s'en alla, sans rien ajouter, continuant dans la direction qu'ils avaient pris en venant ici, au cas où le truc non identifié serait toujours là. Et elle alla tout droit, se disant que comme ça, elle finirait bien par arriver à la lisière de la forêt, quelque part.

C'était sans compter sur la mesquinerie de ces bois.

Après quelques bonnes minutes de marche, pendant lesquelles elle commença à regretter sa décision, à s'inquiéter de l'obscurité croissante et des bruits qui l'entouraient, le destin lui joua à nouveau un mauvais tour. Elle revint sur ses pas. Alors qu'elle avait avancé tout droit et était certaine de n'avoir pas dévié de sa route. Elle était revenue avec les autres. Ils étaient là devant eux. Hilde faisant une nouvelle action complètement stupide et sans aucune logique. Jared et Yuuya la regardant faire. Comme si elle n'était jamais partie. C'était quoi ce délire.

« C'est pas vrai, mais vous me suivez ou quoi ?! D'où vous vous êtes téléportés devant moi, là ?! »
Y avait pas à dire, cette forêt rendait fou. C'était certain désormais. Si elle y restait plus longtemps, elle ne pourrait même plus s'en remettre. Elle serait contrainte d'aller dans un asile. Si elle sortait d'ici et échappait à la mort. Ce qui était bien loin d'être certain.

L'obscurité continuait à décliner. Bientôt, ils seraient plongés dans le noir complet et l'orientation serait encore plus difficile. Mais heureusement, Inger avait son briquet dans sa poche...

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une balade en forêt au départ anodine [ft. Hilde, Yuuya & Inger.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une balade en forêt au départ anodine [ft. Hilde, Yuuya & Inger.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une balade en forêt? (Avec Evangeline Bishop)
» Balade en forêt [pv avec cedric williams] [TERMINE]
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» [Bande] Gobelins des forêts
» [HRP] Description de la forêt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tamashi no Higan V1 ::  :: Dans les Profondeurs des Bois-