Top Site



Votez pour nous toutes les deux heures ♥


Plonge dans cet univers aussi étrange que fabuleux ! Pars à la découverte de toutes ses merveilles et de tous ses mystères ! Il te reste tant à y découvrir...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Isaiah Sullivan, enfoiré de service o/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isaiah Sullivan
Noppera-bō | Monstre sans visage
avatar
• Messages : 26
• Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: Isaiah Sullivan, enfoiré de service o/   Mar 14 Fév - 19:12

Identity

Isaiah Sullivan
Feat. Orihara Izaya de Durarara

Surnom : Pas assez d'ami pour en avoir eu un
Age : 23 ans
Sexe : Ça dépend des jours, mais homme la plupart du temps ~
Préférence sexuelle :  Qu'importe tant que c'est utile
Nationalité : Irlandaise
Métier : ordure à temps plein o/
Groupe Souhaité : Physique
A Tamashi no Higan depuis : Ça va faire six mois si je ne m'abuse


Physical Appearance

" Je ne suis qu'un homme ~ "

Je suis rentrée chez moi vers 19 h ce jour-là. Les cours avaient fini un peu plus tard que prévu et le bus avait terminé dans les bouchons habituels de la capitale. À peine arrivée, je découvris avec horreur les fils de mon téléphone largement grignotés. Le coupable dormait confortablement sur mon clic-clac, étendu de tout son long. Je fais les présentations. Darki, mon lapin, les lecteurs; les lecteurs, Darki, mon lapin. Tellement mignon que je ne trouvai pas le courage de le réveiller. La flemme de commencer à cuisiner quelque chose m'envahit et je me laissai tomber sur le peu de place que mon rongeur de compagnie avait laissée. IPhone en main, je commandai un petit assortiment de sushis avant de me laisser ballotter par la télé et ses pubs.

Le livreur est passé, Darki a eu le droit à quelques légumes des makis. C'est l'heure des infos. Un bateau de croisière italien avait coulé à pique. L'année du centenaire du Titanic… Comme quoi, pas besoin d'iceberg pour finir à l'eau. J'avale un sushi au thon rouge, mes préférés. Seconde information, disparition inquiétante. La photo du concerné apparaît, je reste bouche bée tandis que la voix du présentateur annonce : « depuis trois jour, Isaiah Sullivan n'a plus donnée signe de vie. » Ce type était dans la classe à l’université. Il est toujours aussi beau d'ailleurs. La télévision continue seule son baratin, moi je repense à ce garçon.

« Au moment de la disparition, il portait une veste et un pantalon noirs, ainsi qu'un T-shirt bordeaux. Il est brun, cheveux coupés court. Haut d'un mètre soixante-quinze, il est de faible corpulence. Si vous l'apercevez contactez le 0 800 568 442. »

Je rêvasse. Je me souviens. C'est vrai qu'il n'était pas épais. Je le vois encore, assis au fond de la classe, observant l’extérieur. Ses doigts fins pianotaient sur le bureau en tek tandis que le prof de science nous assommait avec la molécule de glucose. Il avait tout du jeune homme banal, pas de style extravagant, un beau brun en toute simplicité. La peau claire, un grain de beauté dans la nuque, des épaules saillantes… Le genre de type passe partout. Parfois il sortait des lunettes de son sac et les enfilait. Ça lui donnait un air terriblement intelligent et mystérieux. Mais mis à part son agréable silhouette, il ne détonnait pas beaucoup avec le reste des étudiants. Personne ne faisait vraiment attention à lui au début, mais c’est qu’il cachait bien son jeu l’énergumène. En le regardant plus attentivement, c'était son visage qui le trahissait le plus. Un sourire moqueur le décorait souvent, trop souvent à mon goût. À la limite entre le dégoût, la rage et une franche envie d'éclater de rire. Un mélange déroutant, mais au combien intrigant. Un peu comme s'il détestait le monde entier et riait de sa propre appartenance à celui-ci. Ça faisait froid dans le dos. Ah, et il y avait son regard. Sombre, il semblait constamment en colère et laissait transparaître une pointe de fourberie de temps en temps. Dès le milieu de la première année, tout le monde se méfiait de lui et il ne faisait rien pour remédier à ça. Il était solitaire et se moquait bien de ce que les autres lui reprochaient. C'était un beau brun ténébreux, comme je les aime, trop ténébreux sans doute. Voilà pourquoi il avait disparu.


Moral Description

" Un homme ou des centaines d'autres… "

« Après deux semaines de recherche, la police est sur les dents. Isaiah Sullivan, disparu depuis quinze jours, n'a toujours pas refait surface. Il est question de sonder les points d'eau les plus proches. Suicide, fugue, accident ou meurtre, aucune thèse n'est privilégiée. Il semblerait tout de même que le jeune homme ait un casier judiciaire et qu'il était impliqué dans certains trafics douteux. »

La minuterie de mon micro-onde venait de sonner, j'attrapai mon Tupperware et me mis à table. Le regard fixé sur ma télévision, je restai perplexe. Deux semaines déjà ! Aucune chance qu'il soit encore en vie. Ou alors il a fui le pays. Possible. Plus j'y pense plus je me dis que c'était inéluctable. Isaiah a toujours était marginal. Il cherchait toujours les ennuis, défier l'autorité ne lui faisait pas peut tant qu'il pouvait attirer des ennuis à quelqu'un. Bagarre, insulte, harcèlement… Je crois qu’il a passé une bonne partie de son année dans les bureaux du directeur. Sa mère a été plus d'une fois convoquée, mais je ne suis pas sûre qu'elle se soit présentée souvent. Jouer des poings ne le dérangeait pas, mais son passe-temps préféré était la manipulation. Il avait un don pour ça et il aurait certainement fait un grand acteur s'il n'avait pas été bouffé jusqu'à la moelle par la mesquinerie. Il pouvait mettre n'importe qui dans sa poche, le directeur est tombé dans le panneau d'ailleurs, sinon il l'aurait exclu au bout d'un mois ! C'est un pro des magouilles et je pense qu'il n'en était pas à des coups d'essai. Voleur, menteur, drogué, receleur et même tueur ! Beaucoup de rumeurs courraient sur lui, mais personne n'osait lui demander quoi que ce soit. Personnellement, je ne pense pas qu’il ait pu tuer quelqu’un, en revanche il devait être plongé jusqu’au coup dans un tas d’autres commerces douteux. Je me souviens qu'un jour, les flics sont venus le chercher. Ils avaient les matraques, les chiens et les gilets par balle. On était en cours de physique. Les agents sont entrés comme des fous dans la salle, comme s’ils s’attaquaient au plus grand terroriste qui soit. Il aurait dû paniquer, mais au contraire, il s'est calmement levé, le sourire aux lèvres et nous a dit à demain. Le lendemain, il était assis à sa place habituelle, comme si rien ne s'était passé. Je n'ai jamais su ce qui s'était passé.

C'était vraiment un garçon énigmatique et détestable. Cruel, sans-gêne, il trouvait toujours les mots pour blesser sa cible. Mais il avait aussi un grand sens de l'humour et de la dérision, que ce soit envers lui-même ou envers les autres. Il savait manier l'ironie et le cynisme à merveille. S'il avait eu une devise, je crois qu'il aurait pu reprendre sans honte celle des corsaires : "Pas de quartier". Une chance qu'il ne m'ait jamais fait de remarque, je l'aurais trouvé beaucoup moins agréable, à coup sûr. Et puis, il était un brun excentrique. Il lui arrivait d’éclater de rire sans raison ou de faire la roue au milieu d’un couloir, comme ça, parce qu’il en avait envie. Je ne sais pas ce qui se passait dans sa tête mais ça devait être un sacré bordel à mon avis. Une amie qui étudie la psychologie m’a dit qu’il se cachait derrière sa haine et sa méchanceté. J’ai trouvé ça tordu, mais il est vrai qu’Isaiah n’avait jamais cherché à s’intégrer. Il prenait un malin plaisir à se mettre le monde entier à dos. Peut-être qu’il n’allait pas si bien que ça en fait. Mais quand même, cette histoire m'intrigue. Qu'est-ce qui a bien pu lui arriver ?


Story

" …ou peut-être un ange devenu démon ? "

Paroisse de Dublin
14 h 20
Un mois après la disparition


Le prêtre Mathieu était en train de remettre en place quelques cierges lorsqu’il fut abordé. Il se retourna lentement, ses vieux os ne lui permettant plus de faire des folies. Remontant ses lunettes, il contempla quelques minutes l’homme qui lui faisait face se demandant quel pêché il voulait faire pardonner. Celui-ci lui tendit une main noueuse et se présenta :

« Bonjour mon Père. Je suis Eliot Peters, journaliste pour le Irish Times. Je viens vous voir à propos de la disparition d’un jeune homme nommé Isaiah Sullivan. On m’a dit que vous étiez un proche de la famille, est-ce que vous avez un peu de temps à m’accorder ? »

Le prêtre jugea la salle vide de son église et songea qu’il pouvait bien discuter avec ce monsieur. Il posa un dernier cierge et le conduisit dans son bureau où il le laissa s’asseoir. Lui-même s’installa en face et attendit sagement que le journaliste sorte son calepin et un petit stylo pour ouvrir la bouche.

« Vous avez été bien renseigné Monsieur Peters. Je connais la famille Sullivan depuis une trentaine d’années maintenant et je peux vous dire que le destin ne les a pas gâté ! Mais, je ne suis pas étonné de la disparition du petit Isaiah, le malin l’a corrompu Monsieur ! Corrompu jusqu’à la moelle ! »

Le père Mathieu frappa la table du peu de force que ses soixante-dix ans bien entamés lui laissaient. Eliot resta perplexe et pris note des paroles du vieillard, lui permettant tranquillement de retrouver son calme et son souffle. Le prêtre rajusta sa robe en silence et avala un peu d’eau avant de poser un regard de fer sur le journaliste. Celui-ci, entré dans le métier depuis peu, hésita à poser les questions qu’il avait mis si longtemps à préparer. Heureusement pour lui, l’ecclésiastique reprit la parole d’une voix plus douce quoique nerveuse et emprunte de nostalgie.

« Vous savez Monsieur Peters, Abigaelle est arrivé dans notre capitale pour sa vingtième année. Abigaelle est la mère du disparu, vous deviez être au courant. Elle est très pratiquante et vient tous les jours à ma paroisse. C’est ainsi que nous avons sympathisé et qu’elle m’a dit venir étudier le droit dans une grande école grâce à une bourse obtenue pour ses excellents résultats. Elle était brillante, Monsieur, et elle aurait eu un grand avenir d’avocate si la tentation et l’amour ne l’avaient pas écarté du droit chemin. »

Eliot n’en perdait pas une miette. La passion que mettait le vieillard dans ses propos laissait sous-entendre l’arrivé d’un grand malheur pour cette demoiselle. Levant le nez de son bloc-notes, son regard pressa le religieux de poursuivre. Celui-ci ne se fit pas prier et d’un regard bouillant de colère, il reprit son récit.

« Elle tomba dans les bras d’un suppôt de Satan. Un grand gaillard, aux allures chevaleresques, nommé Logan. Il avait la verve du serpent, la grâce du léopard et l’allure d’un lion, mais il était aussi fidèle qu’un lapin ! Ah Monsieur, je l’avais pourtant mise en garde, mais l’amour rend aussi aveugle que sourd et Abigaelle sombra dans le verbiage de ce démon. Elle avait vingt-trois ans et ce fut le début de la fin. Leur belle histoire dura six mois. Six mois d’amour et d’eau fraîche. Elle buvait ses paroles, roucoulait sous ses caresses et finit par se laisser convaincre de consommer leur amour avant un mariage. »

Le père Mathieu se tue, songeant au drame qu’il allait narrer. Son visage se creusa d’inquiétude et il s’enfonça dans son fauteuil, l’air absent. Sa si chère amie, une fille si intelligente réduite à l’esclavage par un amour sauvage, quel gâchis ! Si seulement il avait pu la sauver, si seulement elle avait écouté ses paroles ! Il soupira, croisa ses doigts sur son ventre et poursuivit son récit sous l’écoute attentive d’Eliot.

« Évidemment, Abigaelle tomba enceinte. En l’apprenant, Logan prit la fuite, pleutre qu’il était, et laissa la pauvre enfant, seule dans son malheur. Elle vint me trouver en larmes, implorant un pardon du Seigneur pour avoir pêché. Mais il était trop tard, elle dut se résoudre à quitter ses études et mit au jour un enfant qu’elle considérait, hélas, comme une punition divine. Elle le nomma Isaiah, un prénom biblique, pensant que cela laverait un peu plus son erreur de jeunesse. Mais, le malheur voulu que l’enfant ressemble à son père et c’était sans doute là son plus gros défaut. Abigaelle fit des efforts, mais je crains qu’elle n’ait jamais réussi à l’aimer comme une mère. Il était un fardeau pour elle et elle ne le vit jamais autrement que comme l’enfant qui brisa ses rêves. Plus aucune chance de devenir une grande avocate. Il fallait subvenir à leur besoin, et comme elle n’osa jamais apprendre à ses parents la naissance de son fils, elle se débrouilla seule. Aujourd’hui encore, elle joue les secrétaires dans une petite entreprise, bien loin des ses rêves de jeunes filles. »

« A-t-elle continué de fréquenter cette paroisse ? Vous avez vu le garçon grandir ? Comment était-il ? » coupa maladroitement Eliot. »

Le père Mathieu, surpris par cet élan d’élocution, mis quelques secondes avant d’assimiler le flot de questions. Il fut un peu vexé à l’idée que le jeune homme songe qu’une de ses fidèles quitte son église pour une autre. Le rouge lui monta aux joues, mais il s’apaisa bien vite lorsqu’il repensa à Isaiah.

« En effet, je l’ai vu grandir. C’est moi qui l’ai baptisé et il a fait sa communion ici. C’était un enfant adorable, vous savez. Une boule d’innocence cherchant désespérément comment attirer l’attention et la douceur d’une mère lasse. Je ne l’ai entendu que trop souvent dire qu’elle aurait préféré un autre enfant, une fille ou un plus grand, plus beau, ou même le voir disparaître. Le pauvre ne savait plus ou était sa place dans ce si vaste monde. Je le voyais changer constamment d’attitude. Il mimait les autres, essayait de leur ressembler, pensant que sa mère aurait bien un peu d’amour à confier à l’un d’entre eux. Il n’avait aucune personnalité propre et se nourrissait de ceux qui l’entouraient avec espoir. Un jour, il me demanda s’il pensait qu’avec une robe, sa mère l’aimerait davantage. Je pensais qu’il parlait de ma tenue de prêtre, alors je lui ai répondu que je pouvais demander à sa maman. Mais il m’indiqua aussitôt une petite fille assise sur un banc de l’église et cajolée par ses parents. Elle portait une belle robe rose. Mon embarras fut tel, que je fus incapable de répondre. Il n’avait que dix ans… »

Eliot resta silencieux. L’instant était lourd et solennel. L’histoire terrible d’un enfant non désiré qui dû grandir sans repère. Isaiah voulait être l’enfant tant désiré par sa mère et mériter son amour. Mais elle changeait si souvent d’avis qu’il ne devint personne. Rien d’autre qu’une poupée de chiffon que l’on pouvait modeler à souhait. C’était là le socle instable sur lequel l’enfant avait grandi et il ne fallait pas être un fin psychologue pour lui prévoir un avenir funeste. La mine attristée, Eliot regarda le père faire un signe de croix. Une manière de bénir cette pauvre âme disparue sans doute.

« Pauvre enfant. »

« Oh ! N’allez pas trop le plaindre Monsieur Peters ! Car s’il est vrai que son enfance fut difficile, ce petit vaurien se vengea bien vite à l’adolescence ! Je vous l’ai déjà dit. Cet enfant est mauvais, il est dévoré par l’envie de faire le mal et c’est ce qui le conduisit à sa perte, j’en suis sûr ! »

Surpris par tant d’ardeur, Eliot recula légèrement, s’enfonçant un peu plus dans son siège. Lui qui pensait bien faire en compatissant au malheur d’un petit enfant se retrouva bien mal à l’aise. Le père Mathieu, bouillant de colère et d’émotion, s’hydrata d’une main tremblante avant de se retourner vers le journaliste. Celui-ci, prostré de surprise, ne savait plus quoi penser et le caractère impulsif du prêtre ne l’y aidait pas beaucoup. L’ecclésiastique ne s’en inquiéta pas. Il inspira profondément avant de reprendre l’aventure du petit Isaiah et s’expliqua d’une voix acerbe et débordante de dédain.

« Voyez vous Monsieur Peters, ce petit à sans nul doute tout hériter de son démon de père. Arrivé à l’âge de la rébellion, il s’est mis en tête de se faire remarqué par tous les moyens. Tout vous m’entendez ! Je l’ai vu entrer ici vêtu comme un fils du diable. Les oreilles percées, un pentacle satanique pendu autour du cou. Une autre fois, il portait un pantalon dont l’entre jambe lui tombait entre les genoux et s’installa à un banc après y avoir écraser sa cigarette ! Il a joué le chef de gang, l’élève studieux, le casanova éperdu, tout ce qui lui passait par la tête ! Je vous passe les milles autres sottises qu’il a fait, nous en aurions pour des années. Sa pauvre mère, las depuis trop longtemps, le laissait tout faire et il en profita largement ce vaurien. Il ne chercha jamais à trouver une place dans la société pour enfin arrêter ces idioties. Il n’écoutait plus personne et se moquait bien de ce qu’on pouvait dire de lui. Isaiah était devenu un petit arrogant, il se riait de nous et faisait ce qu’il voulait et rien d’autre. Un ignoble petit… petit… blasphème sur pattes ! »

Le prête frappa une nouvelle fois son bureau de toutes ses forces, maudissant Isaiah entre ses dents. Eliot resta interdit. Ce garçon était visiblement détesté par le père Mathieu, mais la scène était horriblement étrange. Après toutes la peine qu’avait éprouvée le vieillard à l’égard de cet enfant mal-aimé, le voilà bouillonnant de haine à son égard. On aurait dit qu’il ne s’agissait plus de la même personne. Le journaliste en fut tellement décontenancer qu’il n’osa pas piper mot. Il laissa l’ecclésiastique reprendre son souffle et écouta attentivement la suite de l’histoire.

« Isaiah a grandi. Et plus il grandissait, plus il devenait mauvais et méchant. La faute à son enfance solitaire peut-être, c’est ce qu’affirment certains spécialistes en tout cas. Je pense plutôt qu’il ne pouvait en être autrement. Ce garçon est tellement à l’aise dans son monde de malveillance qu’il aurait difficilement put s’épanouir autrement. Il s’est mis à détestait le monde entier. En particulier sa mère qu’il abhorrait autant qu’elle-même le haïssait. Abigaelle me racontait souvent leur violente dispute. Presque chaque soir l’un est l’autre s’insultaient et se renvoyaient toutes les misères du monde. Je crois que dans les derniers mois qui précédèrent de départ de son fils, ils en étaient même venu aux mains. Mais ce petit mécréant n’eut aucun scrupule à lui faire toutes les misères du monde. C’est un renard, un vil menteur doublé d’un manipulateur ! Croyez vous, Monsieur, que ce diable est un jour venu demander mon secours, prétextant que sa mère le battait ! Et moi, bonne âme que je suis, je l’ai cru ! Mais quel sot j’ai été… Les blessures qu’il me montra, il se les était infligées lui même j’en suis certain Monsieur, lui-même ! Abigaelle supporta interrogatoires, menaces, ses amis se détournèrent d’elles, elle sombra dans la dépression ! Tout ça pour rien ! Son fils, la chair de sa chair, attendit de la voir au fond du gouffre, dévorée par les remords, pour mettre un terme à cet horrible jeu. C’est un fou, je vous dis, un fou comme on devrait les pendre ! »

Le père Mathieu était debout, les poings enfoncés sur son bureau en chêne. Son visage déformé par la colère, était celui d’un homme déçu et outré d’avoir participé aux jeux de tortures d’Isaiah. Il s’était fait avoir, comme tant d’autre, et il était difficile de déterminer d’où venait réellement toute cette rage. Etait-ce son dégoût pour l’horrible personnage qu’incarnait Isaiah, ou son orgueil, encore choqué d’avoir été dupé par un simple gamin ? L’un et l’autre peut-être. Eliot n’avait pas perdu une miette du récit et trouva l’instant propice à une intervention.

« Et qu’en est-il d’aujourd’hui ? Il était âgé de vingt-trois ans lors de sa disparition, mais était-il toujours aussi exubérant ? Toujours aussi terrible ? »

Le souvenir de la disparition d’Isaiah sembla apaiser le prêtre. Il se laissa tomber dans son fauteuil et épongea doucement son visage en sueur du revers de sa robe. Il regarda l’heure. Soixante minutes s’étaient déjà écoulées, il fallait songer à reprendre le travail. Le père Mathieu réajusta sa robe et posa un regard soulagé sur Eliot avant d’entamer d’une voix calme.

« Je l’ai revu peu avant sa disparition, il achetait le journal au kiosque de la rue. Il était parti de chez Abigaelle depuis cinq ans déjà et je ne l’avais plus vu depuis son départ. Mais, à ma grande surprise, il n’avait plus rien de l’adolescent excentrique et outrageant que je vous ai décrit. C’était un beau jeune homme. J’ai peiné à le reconnaître, je dois l’avouer. Il paraissait si banal que cela en fut déroutant. Pourtant, à l’y regarder de plus prêt, il n’avait rien perdu de cette haine et de cette méchanceté qui l’habitait jadis. Je pense qu’il avait simplement appris à s’en servir de façon plus maligne. Il devait s’occuper de petits trafics et d’autres opérations malhonnêtes dont il avait déjà fait l’expérience durant son adolescence. À l’heure qu’il est, il doit être au fond de l’eau, les pieds lestés de bétons. Et pour tout vous dire Monsieur, j’en suis ravis. Ce garçon était bien trop dangereux pour continuer à vivre comme n’importe quel citoyen. »

Le père Mathieu se leva. Il en avait bien assez dit. Il n’avait pas prévu que tant d’émotions remonteraient en évoquant le passé. Lentement, il se dirigea vers la porte et l’ouvrit. Eliot comprit que l’interview s’arrêtait là et n’en demanda pas plus. Il salua le père, le remercia et sortit. La salle s’était un peu remplie. Une belle femme allumait un cierge pour un être disparu. Eliot la plaignit quelques secondes, avant de l’oublier une fois hors de l’église. Pourtant, s’il avait fait plus attention, il aurait reconnu Abigaelle, la mère d’Isaiah. Et s’il avait été plus attentif encore, il aurait remarqué qu’elle faisait couler la cire brûlante du cierge sur la photo de son fils, joignant au geste une prière. Celle qu’il brûle en enfer.


Power

" En fait, je suis tout ça à la fois ~"

Une douce bise se leva sur le champ de Lycoris de Tamashi no Higan. Elle venait accueillir un nouveau rejeté du monde des hommes. Doucement, elle caressa son visage tuméfié et l’aida à s’éveiller pour sa nouvelle vie. Isaiah ouvrit lentement les yeux. Le silence régnait en maître sur la colline. Encore faible, il parvint tout de même à se redresser et observa calmement les alentours. Il n’était plus à Dublin, il était quelque part et cela lui suffisait. Il resta quelques secondes là, à contempler ce nouveau monde auquel il n’accorda pas plus d’intérêt que le précédent. Et puis il se leva, il avait encore mal un peu partout, mais peu lui importait. Ces bourreaux étaient loin maintenant et ils en avaient eu pour leur argent. Bien fait !

Son regard tomba sur les lumières d’un village, il n’y avait aucun autre signe de vie à l’horizon et il s’y dirigea tout naturellement, boitillant un peu. Il s’arrêta rapidement face à une rivière étonnante. Elle coulait à l’envers. Bon sang, il avait tellement soif ! S’accroupissant doucement, il glissa ses mains dans l’eau avant de porter le liquide cristallin à ses lèvres. Il l’avala goulûment et laissa tomber son regard sur son reflet. Il était vilainement amoché. Ses doigts parcoururent délicatement ses lèvres gonflées et son œil boursouflé. Si seulement il pouvait ressembler à autre chose…

Son voeu fut exaucé. Sous son regard effrayé, sa peau s’étira doucement, son visage s’allongea, ses sourcils s’affinèrent et ses yeux prirent une belle couleur azurée. La peur la gagna et dans un élan de panique, il tomba assis au bord de l’eau. Qu'est-ce que c'était que ça !? Reprenant son souffle, il lui fallut plusieurs minutes avant d’oser une nouvelle fois se pencher au-dessus de l’eau. Tout était rentré dans l’ordre.


Voilà comment Isaiah découvrit son don. Il peut modeler à volonté son physique à quelques détails près. Homme, femme, jeune ou vieux, il est peut-être votre ami le plus proche ou votre pire cauchemar. Il a mille et un visages, mille et une voix, mille et une personnalités et les utilise toutes à des fins personnelles. Il est toujours enragé contre les hommes. Ils ne sont que des pions sans intérêt qu’il aime manipuler à sa guise. Il ne considère pas ce monde comme le sien, pas plus que le précédent, il veut le pourrir jusqu’à la moelle et met tout en œuvre pour y parvenir. Qui le soupçonnerait ? Le gentil Isaiah joue les honnêtes habitants, ce sont les autres les fauteurs de trouble… Il se met à l'abri derrière le masque d'autrui. C'est sa carapace et personne n'a encore réussi à la briser.
Cependant, sa maîtrise est loin d’être parfaite. Il est, par exemple, incapable de modifier son squelette. Aussi, qu’importe son apparence, il fera toujours 1 m 75. Il en est de même pour son poids. Impossible de prendre une dizaine de kilos à moins de se gaver de biscuits pendant des mois ou de passer son temps à gonfler ses muscles. Sa corpulence est inchangeable et c’est l’une des choses qui l’agace le plus. S’ajoute à cela le fait que plus les changements s’éloignent de sa nature première, plus ils nécessitent de temps et de concentration pour être maintenu. Devenir une femme reste donc un exercice difficile, mais l’énergumène y travaille constamment et sa maîtrise de la chose est de plus en plus accrue. De la même manière, reprendre l'apparence de quelqu'un de vivant est compliqué. Les moindre détails sont importants et nécessitent une étude pointilleuse du sujet à copier, autant dans son physique que dans son comportement. C'est là un exercice qu'adore Isaiah puisqu'il lui permet d'attirer des tas problèmes à de pauvres innocents. Un pur délice ~


About you

Un jour, les lapins vaincront ! o/

H.S. : J'ai essayé un truc un peu différent pour la fiche de mon vilain bonhomme, c'est un test, si c'est raté je suis désolée… >A<

Pseudo : Nezu °3°
Age : Prenez trois lapins, donnez leurs six carottes chacuns, attendez quelques jours et comptez le nombre de mouton. Ça vous aide ? 8D
Expérience RP : Euh… Bonne je pense, presque deux ans o/
Comment avez-vous découvert le forum ? Je ne sais plus, mais je connais la fonda !
Un avis ? Une suggestion ? Hum… Peut-être éviter que les petits accordéons de présentation se referment tout le temps ? Mais sinon c'est la grande classe !
Avez-vous bien lu le règlement ? {Et Skye est passée par là~♪♫} C'est beau ;^; Merci x3
Autre chose à ajouter ? Lapin un jour, lapin toujours ! o/





© Kage no Hime
Copie interdite.


Dernière édition par Isaiah Sullivan le Ven 17 Fév - 10:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoya Hitsugi
~♠ The Devil Bat ♠~
avatar
• Messages : 53
• Date d'inscription : 01/01/2012

MessageSujet: Re: Isaiah Sullivan, enfoiré de service o/   Mar 14 Fév - 19:33

Bienvenue à toi 8D
(j'attendais ta venue tu sais, Eddy ? lol)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skye Winsens
Princesse des Ombres
avatar
• Messages : 308
• Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: Isaiah Sullivan, enfoiré de service o/   Mar 14 Fév - 22:47

Bienvenue sur le forum, mon petit Isaiah ♥️ Je me demandais quand t'allais arriver, et bien te voilà :3

Alors ta fiche. Mon. Dieu. J'ai adoré. Sérieusement, la façon dont tu as lié tes deux descriptions entre elles était juste une excellente idée. C'est bien tissé, bien raconté. Donc voilà, c'est beau, moi, je me suis trop identifiée à la narratrice et je visualisais très bien les choses... Malgré mon petit bug du début, j'ai mis du temps à comprendre ce que tu faisais xD (et décidément, toi et les lapins, c'est toute une histoire ♥️)
Maintenant ton histoire. Encore une fois, c'est une merveille. Sérieusement, l'idée est juste géniale, le personnage du prêtre est excellent... J'me suis mise à la place du journaliste complètement dépassé par les réactions du père xD Mais sérieusement, très bien raconté encore une fois... Et une belle histoire qui explique tout du caractère actuel du personnage.
Pour le pouvoir, on en avait déjà parlé, donc sur le contenu, rien à redire. Sur la forme... J'ai trouvé ça très bien que tu racontes la façon dont il l'avait découvert. Donc voilà, parfait quoi.

N'ayant rien à redire sur ta fiche, ben j'ai le plaisir de t'annoncer que tu es VALIDE !! I love you Amuses-toi bien sur ce petit forum !!

Je t'ajoute dès maintenant au groupe des Physiques (dont tu es le premier représentant, héhé), et tu peux dès maintenant te lancer dans les RPs... Et n'oublie pas ta demande de rang, si tu as une idée Wink Et... Je crois que je n'oublie rien !

PS : Pour les accordéons, je sais... Mais je ne peux pas changer ça ! Il faudrait ajouter une page javascript, mais ça ne fonctionne que sur l'index du forum, et pas dans les pages annexes comme les présentations. Donc voilà la seule alternative que j'ai trouvée ^^"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaiah Sullivan
Noppera-bō | Monstre sans visage
avatar
• Messages : 26
• Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: Re: Isaiah Sullivan, enfoiré de service o/   Mer 15 Fév - 10:08

Et oui je suis là o/
J'ai profité de mes petites vacances pour m'inscrire enfin *^*

Merci pour l'accueil \o/
Je suis contente que tu ai aimé la fiche avec mon super papi !
Je me suis bien amusé à l'écrire en tout cas ~
Je vais de ce pas faire ma demande de rang et chercher un compagnon de RP et commencer à jouer les méchants ! Mwahaha !

[ Euh… Pour l'accordéon, regarde au niveau des pages Java mais tu peux lui dire qu'elles s'appliquent à toutes les pages du site normalement. Y'a un petit carré à cocher. Après tu l'as peut être déjà fait et ça ne marche pas quand même ! C'est tout à fait possible je n'ai pas vérifié 8D
Enfin, voilà, c'était au cas où ~ ]

> Kyoya : Maintenant que tu as ma fiche il faudra que tu me dises si tu le fait ce double compte 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skye Winsens
Princesse des Ombres
avatar
• Messages : 308
• Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: Isaiah Sullivan, enfoiré de service o/   Mer 15 Fév - 11:29

Je m'excuse tout d'abord, parce que le temps de poster ma réponse hier soir, j'ai oublié qu'il fallait que je t'ajoute aux Physiques, et du coup t'as dû faire ta demande uwu"
En tout cas, tant mieux si tu t'es amusée à faire ta fiche, parce que le résultat est vraiment tip top !

Pour l'accordéon, en effet, j'avais déjà essayé, et comme ça ne marchait pas quand même, j'suis allée me renseigner sur le forum de Forumactif... Et eux confirmaient que ça ne marchait pas, voilà pourquoi l'accordéon actuel est chiant .w.

Mais voilà ! Sur ce, amuses toi bien à jouer les méchants, huhuhu

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Isaiah Sullivan, enfoiré de service o/   

Revenir en haut Aller en bas
 

Isaiah Sullivan, enfoiré de service o/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tamashi no Higan V1 ::  :: Présentation :: Ceux qui sont arrivés à destination... :: Physiques-