Top Site



Votez pour nous toutes les deux heures ♥


Plonge dans cet univers aussi étrange que fabuleux ! Pars à la découverte de toutes ses merveilles et de tous ses mystères ! Il te reste tant à y découvrir...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 On joue ? Je suis le chat, t'es la souris. [ft. Kyoya Hitsugi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abyss no Awa
Tears of heaven. ♥
avatar
• Messages : 57
• Date d'inscription : 29/12/2011

MessageSujet: On joue ? Je suis le chat, t'es la souris. [ft. Kyoya Hitsugi]   Dim 22 Jan - 21:32

Il y avait de l’agitation. Beaucoup d’agitation, des rires d’enfants où se mêlaient effluves sucrées et cris rageurs, paroles précipités et musiques endiablées. Il y avait des couleurs vives, aussi, qui tournoyaient vivement autour de sa petite personne. La foule la malmenait, l’opprimait dans un surplus de touchers et de ballotements. Manèges, kiosques, musiciens, bêtes de foires, et perdue au milieu de tout ça, il y avait Abyss. La jeune-femme oscillait dans cet endroit trop bruyant pour elle, jetant des coups d’oeils rapides un peu partout où elle allait.
La jeune sirène se maudit intérieurement ; pourquoi diable était-elle venue par ici ? La réponse se cachait bien tranquillement, nimbée dans les limbes de sa mémoire.
Ici tout le monde semblait s’amuser, rire. Ca suintait la joie, l’amour, tant que ça en devenait écœurant. La jeune rousse, elle, avait simplement envie de vider ses tripes.
Bousculée de toute part, elle empruntait le chemin que la foule voulait qu’elle prenne. Tant de monde pressés autour des attractions que ça en devenait malsain ; et si quelqu’un renversait son verre sur elle ? Et si elle se transformait en sirène, la maintenant. Et boum, une sardine au milieu du chemin, encore frétillante, qui plus est. Elle frémit, ferma les yeux et inspira.
Allez, il fallait qu’elle s’évade. Mais par où ? Tss. Elle cherchait une boutique qui serait susceptible de lui vendre des cigarettes, et voilà qu’elle se retrouvait là. Comment ? Ahah.

Finalement le courant la déposa sur un banc, où une vieille dame au regard millénaire déchiffrait les gens qui passaient devant elle dans un défilé intemporel et infini. A côté, un joueur de violon, pas très bon, à vrai dire, et dont les notes s’envolaient dans une espèce de cacophonie légèrement insoutenable. Ce qui expliquait le fait qu’à cet endroit précisément la foule se faisait plus trouble, moins oppressante.
Abyss ramena ses genoux sur sa poitrine et se recroquevilla au creux de ses mèches flamboyantes. Foutu village.


« Oh, au fait, toi. Tu ferais mieux d’arrêter la musique, c’est impossible, là, lâcha-t-elle avec une perfidie entraînée par l’impatience. »


Le joueur du violon baissa son archer, et la fixa avec de grands yeux semi-étonnés, semi-triste. Aussitôt, la jeune-fille sentit un léger malaise l’envahir. Alors avant de partir elle fit tout de même sauter une pièce dans l’étui du « musicien » (Entre guillemets, oui, car musicien, il en était encore bien loin. )
Elle n’eut pas fait un pas qu’on la bouscula violemment. De par sa stature fragile et frêle elle se fit éjecter à quelques mètres de là (lol), et se retrouva au sol.


« Non mais ça va pas ? Vous êtes fous ou quoi ? »


Abyss voulut se montrer plus virulente encore, mais elle rencontra les yeux de celui qui l’avait «accidentellement » jetée à terre. Les mots restèrent coincés dans sa gorge, et elle regretta ce qu’elle venait de dire précédemment. Ce type était vraiment, vraiment, terrifiant.

(petit et pas terrible, mais bon voilà 8D).

_________________
"Do you comprend' what is the point of being born and being gone ?"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoya Hitsugi
~♠ The Devil Bat ♠~
avatar
• Messages : 53
• Date d'inscription : 01/01/2012

MessageSujet: Re: On joue ? Je suis le chat, t'es la souris. [ft. Kyoya Hitsugi]   Lun 23 Jan - 23:11

Pieds posés négligemment sur son bureau, la chaise en équilibre incertain, Kyoya se tournait les pouces. Il n'avait rien à faire d'intéressant cette nuit là et se contentait de gribouiller négligemment sur un carnet de feuilles. De temps en temps, une bulle de chewing-gum apparaissait d'entre ses lèvres et explosait peu de temps après, ne supportant pas la quantité d'oxygène qui avait été soufflée.
Bah, il y avait des jours comme ça où on avait pas grand chose à faire... Même si cela était franchement agaçant pour lui qui aimait tellement vadrouiller de ci de là. Mais hélas, rien ne méritait qu'il se déplace, aussi ne faisait-il rien à part prendre des notes sur des idées qui lui passaient à l'esprit, cherchant des plans diaboliques dont il avait le secret pour mieux piéger ses proies. Son écriture n'était pas très lisible, mais lui arrivait à se relire, ce qui était franchement le plus important là dedans. Il avait hâte de tester ses idées sur des pigeons qui ne verront rien venir.

Mais alors qu'il se réjouissait intérieurement de la panique de ces décérébrés, un bruit d'ailes se fit non loin d'une lucarne de son studio. Tient, un message provenant d'un de ses informateurs. Il se redressa et ouvrit afin de laisser entrer un oiseau aux plumes noires. Il s'agissait d'une petite corneille, une parmi tant d'autres, qui lui délivrait de temps en temps des informations par messages écrits sur bout de papier. Lui-même employait cette technique, sauf qu'il voyait les choses en grand et avait réussit à se prendre un corbeau comme messager. Il prit le fameux de bout de papier et le lit en silence ce qu'avait à dire son informateur. Il se passa une longue minute pendant laquelle Kyoya ne pipa mot, lisant attentivement. Puis, avec un grand sourire, il sortit un stylo et répondit sur le verso du papier avant de le rattacher à l'oiseau qui repartit vers son maître en passant pas la même lucarne.

Lorsqu'il referma la fenêtre, son regard se perdit quelques instants dans le vide. Oui, c'était vraiment une information très interessante. Retournant au centre de la pièce, il commençait déjà à réfléchir à comment il allait s'y prendre. Il était évident qu'il n'était pas attendu là-bas mais qu'importe, il devait s'y rendre.
Il alla se préparer rapidement, pull noir pour éviter d'attraper froid, flingue rangé derrière dans sa ceinture et son habituel sac de sport où il rangeait divers objets et qui avait le dont d'effrayer les gens. Sans oublier son fameux carnet qu'il mit dans sa poche de pantalon. Il était prêt.

Il ne lui fallut pas longtemps pour arriver à destination d'ailleurs. Comme d'habitude, l'endroit grouillait de monde, ce qui avait le don d'agacer Kyoya. Il devait être un peu agoraphobe sur les bords apparemment. Il n'avait pas peur des gens, non, il les détestait, tout simplement.
Il resta en retrait de la masse de gens, observant avec attention les visages. Non, il ne voyait pas sa cible. Pour s'assurer qu'il n'allait pas la rater, il ouvrit son carnet et le feuilleta jusqu'à tomber sur une page avec une photo qu'il détacha de son trombone. Voyons voir... Des cheveux rouges, ce n'était pas si fréquent normalement. Il referma son carnet et le rangea, gardant la photo en main.
Au bout de plusieurs minutes, il finit par se déplacer, continuant de surveiller chaque visage.

Par chance pour lui -et malchance pour sa cible- il finit par la retrouver.
A vrai dire, il ne l'avait pas vraiment fait exprès. voulant simplement rester dans un coin moins bondé, il s'était mit à raser les grandes allées et se déplaçait en gardant la tête tournée vers les attractions, cherchant avec assiduité. Certaines personnes l'avaient reconnu et évitaient de trop l'approcher, ce qui faisait qu'il n'avait pas vraiment besoin de regarder où il mettait les pieds. jusqu'à ce qu'on lui rentra dedans. Avec son élan, il réussit à garder son équilibre et resta ainsi debout, contrairement à celui qui avait eu le malheur de lui foncer dessus.
Baissant son regard sur lui, il réalisa qu'il s'agissait d'une femme. Celle-ci lui avait grogné dessus d'ailleurs. Si seulement elle savait à qui elle avait à faire.
Lorsqu'ils croisèrent leur regard, Kyoya perçu une légère pâleur de la part de la rouquine. Elle avait finalement sentit qu'il n'était pas quelqu'un de très fréquentable.

De son côté, le garçon restait parfaitement stoïque, n'amorçant même pas un mouvement pour l'aider à se relever et ne comptait pas non plus s'excuser de l'accident. Non. En revanche, son regard avisé avait remarqué les cheveux rougeoyants. Jetant un coup d'œil à la photo qu'il tenait toujours et en comparant sans aucune discrétion, il confirma sa supposition. Malgré le fait qu'elle n'avait pas sa queue de poisson, il s'agissait bien de la même. Jackpot.
Étirant ses lèvres dans un de ses sourires diaboliques, dévoilant des dents pointues à souhait, il rit quelques instants avant de parler de sa voix clair mais remplit de machiavélisme.


"kékékéké... Je t'ai trouvé Fuckin'poisson rouge. Ça te dirait de me montrer tes écailles ?"

Tout en disant cela, il ouvrit son sac de sport et en sortit une bouteille d'eau, prête à être utiliser. Il allait sans aucune pitié, l'asperger pour lui redonner son apparence; Qu'importe qu'il soit entouré de milliers de personnes, le premier qui le gênerait finirait avec la peau trouée.
Ce n'était pas tous les jours qu'on dénichait une sirène et il ne comptait pas la laisser disparaître comme ça.


[hrp: y a pas à dire ce perso m'inspire XD j'espère que ma réponse convient pour lancer la course poursuite ^^
Edit: voilà j'ai modifié le début pour que cela concorde avec le contexte du forum]

_________________


Dernière édition par Kyoya Hitsugi le Dim 26 Fév - 20:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abyss no Awa
Tears of heaven. ♥
avatar
• Messages : 57
• Date d'inscription : 29/12/2011

MessageSujet: Re: On joue ? Je suis le chat, t'es la souris. [ft. Kyoya Hitsugi]   Mer 15 Fév - 16:02

Abyss se releva avec peine, puis lentement recula avec un petit pardon marmonné à contrecœur. Elle se stoppa brusquement lorsqu’elle aperçut le coupon de papier que l’autre énergumène tenait entre ses doigts ; woh woh woh. Il y avait quelque chose qui clochait, notamment le regard du type blond qui se décalait en cadence. Du visage de la jeune-femme vers son papier, du papier vers la jeune-femme.
Ni une ni deux, et sans se soucier de l’allure carnassière du blond, elle lui arracha la photo des mains. Hey mais la personne dessus, c’était…


« HEY MAIS C’EST MOI. Woh woh woh, mec, tranquille tout ça. On va se poser, tu vas m’expliquer pourquoi tu as une photo de MOI, dans ton carnet là. En plus elle est dossier ! »


Lentement, en plaçant bien le petit coupon devant les yeux noirs qui lui faisaient face, elle le déchira de long en large puis souffla sur les confettis créées. (wooh ! il s’est souvenu de mon anniversaire !!!). Sur ce, elle croisa les bras et attendit plantée devant lui qu’il veuille bien lui fournir une réponse. Elle s’attarda sur son visage et ses dents pointues. Son rictus semblait nerveux et Abyss pensa qu’il ferait bien de put a banana in his ear.
C’est alors que la jeune-femme remarqua la bouteille d’eau dans sa main droite. Attendez… eau, photo, quel pouvait être le rapport ? A moins qu’il ait soif, tout simplement.


« kékékéké... Je t'ai trouvé Fuckin'poisson rouge. Ça te dirait de me montrer tes écailles ? »


Ah non, il n’avait pas soif. Eau, écailles, poisson rouge… Woooh, comment connaissait-il tout cela sur elle ? Personne ici ne connaissait sa « véritable » forme.


« Heu non, je suis pas d’accord. Enfin s… mais non ! Et puis c’est toi le fuckin’ d’abord. »


Lentement, elle recula, un peu apeurée. Pas par lui, non. Par ce qu’il tenait à la main. Ohoh, pourquoi était-elle venue ici déjà ? Pourquoi ? Elle ne savait même plus, comme si son cerveau s’était mis en mode mémoire sélective (d’ailleurs c’est quoi ton prénom déjà ?).
Abyss imagina ce qui arriverait s’il venait à l’asperger de sa mixture maudite. Pouf, les spectacles perdraient alors toute audience, il y aurait une nouvelle attraction ; une sardine au milieu des gamins surexcitées. Ah non, non, non. La jeune-femme n’aimait pas les gosses, ni la barbapapa, ni l’eau, NI CE TYPE ETRANGE QUI VENAIT L’EMBETER ALORS QU’ELLE ETAIT PEINARDE EN UN TRES BEAU JOUR ENSOLEILLE ET QU’ELLE ARRIVAIT ENFIN A KIFFER SA VIE.
Son passé se déroule sous ses yeux en un éclair ; enfin, tous les souvenirs heureux qu’elle avait vécu. Et comme il y en avait pas assez, elle décida que c’était un peu nul de se remémorer un passé pourrit. Alors elle réfléchit à des souvenirs cools, n’en trouva pas, et s’en tint à l’évidence ; elle ne voulait pas – que sa forme de sirène soit révélée au grand jour – mourir. Elle avait encore tant à vivre, à construire, à rire. A être heureuse. Certes, Abyss dramatisait un – tout petit – peu.
En même temps, vu l’expression du jeune-homme qui osait la menacer, il ne s’en tiendrait sûrement pas à dévoiler ses nageoires. Et s’il la tuait ? Ou la violait ? La séquestrait ?


« Hiiiii, laissez-moi tranquille, coucou bonjour adieu. »


Elle ne s’attarda pas, tourna les talons et traversa la foule à toute vitesse. Peut-être qu’il la suivait. Peut-être pas. Elle ne voulait pas savoir. Normalement, elle aurait fait face ; l’affrontement – même avec un troll – ne lui faisait pas peur. Mais il y avait bien trop de choses en jeu. Hors d’haleine, elle jeta des coups d’œil à droite à gauche.
Pas de tignasse blonde et de dentitions acérées à l’horizon.
Un mauvais pressentiment la gagna, mais elle le chassa rapidement.

_________________
"Do you comprend' what is the point of being born and being gone ?"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoya Hitsugi
~♠ The Devil Bat ♠~
avatar
• Messages : 53
• Date d'inscription : 01/01/2012

MessageSujet: Re: On joue ? Je suis le chat, t'es la souris. [ft. Kyoya Hitsugi]   Ven 13 Juil - 11:43

Pourquoi lorsqu'il trouvait enfin une perle rare capable de l'aider dans son travail, celle-ci lui était contestée ? Il fallait croire que les gens étaient de nature suicidaire dans ce bas monde... Ou simplement idiot.
Dans tous les cas, les individus qu'il avait sous les yeux n'allaient pas tarder à regretter leur venu au monde.

Alors que Kyoya comptait faire une vilaine farce à la petite sirène, celle-ci avait pété une durite et s'était enfuit en courant sur ses pieds éphémères. Elle n'était vraiment pas quelqu'un de très discret, aussi de nombreuses personnes tournèrent la tête à son passage, ne comprenant strictement pas ce qui pouvait se passer. Mais à chaque fois qu'une bonne âme se demandait s'il ne fallait tout simplement pas demander au garçon de la laisser tranquille, son regard sadique croisait le leur, calmant aussitôt ce reflex de bon samaritain.

Une vraie chance que beaucoup d'individus l'avaient identifié avant de faire une grave erreur...
Bref, l'adolescent avait finit par reprendre sa marche, suivant la rouquine sans pour autant se mettre à courir. Où pouvait-elle fuir de toute façon. A présent qu'il l'avait repéré, elle ne pouvait plus lui échapper. Il avait toujours eu un don quand il s'agissait de traquer une proie égarée. Heureusement qu'il n'avait pas emmené son chien, sinon la chance n'aurait été que trop facile. Il s'ennuyait trop ces derniers temps pour se permettre d'achever aussi vite son actuelle activité.

Malgré la foule et le bruit, il repéra un éclair rouge disparaître au détour d'une rue. Ah, elle tentait de fuir à l'autre bout... Grave erreur, il connaissait par coeur la disposition de ce secteur. Tournant lui-même dans un passage étroit, il disparu dans l'ombre.
La demoiselle devait à présent se sentir en sécurité, pensant qu'elle l'avait semé. Il ne fallait jamais sous-estimer un démon dans son genre, elle allait le comprendre à ses dépends.
Mais le soucis majeur qui allait s'offrir à elle dans les secondes suivantes n'avait rien à lui envier.

Des jeunes rebelles, venus pour profiter de l'ambiance pour boire et s'amuser, avaient vu Abyss s'éloigner dans un coin peu fréquenter. Idéal pour faire plus ample connaissance selon leurs avis.
Ce fut pour cela qu'avant qu'elle ne se rende compte, un petit groupe d'hommes l'avaient encerclés, sourires déplacés et comportement soulant à la clé.
Sûrement qu'elle s'en serait débarrassé si leur nombre n'était pas aussi élevé pour une ruelle aussi petite...

Kyoya avait perdu un peu de temps sur le chemin, rechargeant son arme. Pas qu'il comptait s'en servir, mais effrayer la sirène pour l'empêcher de fuir pouvait être utile.
Il ne s'était pas attendu à la retrouver en compagnie d'autres individus... Sauf que cela n'avaient pas l'air de s’intéresser à autre chose qu'à son petit minois. Ah, il était vrai qu'elle était humaine avant d'être un poisson sur la terre ferme. L'adolescent avait oublié ce détail fâcheux.
Que faire ? La laisser de démerder pour mieux la choper ou l'aider à se débarrasser de ces idiots ?
Restant dans l'ombre, il observa la scène en silence, invisible et curieux.

[Vraiment et sincèrement désolée de mon absence]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: On joue ? Je suis le chat, t'es la souris. [ft. Kyoya Hitsugi]   

Revenir en haut Aller en bas
 

On joue ? Je suis le chat, t'es la souris. [ft. Kyoya Hitsugi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tamashi no Higan V1 ::  :: Le Centre des Spectacles-