Top Site



Votez pour nous toutes les deux heures ♥


Plonge dans cet univers aussi étrange que fabuleux ! Pars à la découverte de toutes ses merveilles et de tous ses mystères ! Il te reste tant à y découvrir...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quiproquo, vol, baston, et traque d'un individu inconnu qui mérite une punition [PV. INGER]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kim Bo Ram
Just a Korean girl~♪
avatar
• Messages : 23
• Date d'inscription : 03/04/2012

MessageSujet: Quiproquo, vol, baston, et traque d'un individu inconnu qui mérite une punition [PV. INGER]   Mer 4 Juil - 20:07

La belle journée ensoleillée... QUI A EUT LE CULOT DE ME RÉVEILLER TÔT GRAOU ! J'avais remonté la couette encore plus... Mais je commençais à étouffer là dessous. Nan mais pourquoi ils n'avaient pas encore inventé les volets ici ? Bah ! Je lancerai l'innovation alors ! Ça me fera des sous tiens. Mais là pour le moment, ça faisait tout de même bien vingt minutes que j'étouffais sous ma couette. Alors je remontais vite à la surface en inspirant un grand coup de l'oxygène.... Du moins le peu qu'il en restait. Ça puait le renfermé. En une nuit. Berk. Je me levais et ouvrit en grand ma fenêtre. Maudit soleil qui venait envahir ma chambre et qui m'avait réveillée... Je fis une moue boudeuse en fronçant les sourcils et gonflant les joues, comme si j'avais la faculté de parler au soleil. Je m'étirais, baillais et pris enfin la décision de me laver. J'attrapais ma serviette et mes vêtements et courut à la douche. J'avais des choses à faire.... RIEN ! Mais c'est déjà beaucoup rien...

Une fois la douche prise, et une fois habillée, je pris rapidement de quoi me mettre sous la dent et sortit de mon chez moi. Vu que j'avais beaucoup de rien à faire, bah je pris une direction au hasard. Vêtue d'un short, de mes boots, d'un débardeur et de ma veste en cuir dont j'avais remonté les manches, et d'une belle casquette, je marchais vers l'extérieur du village. Disons que j'avais à peu près fait le tour du dit village pour le connaître parfaitement, mais l'extérieur je n'y avais pas encore mis les pieds. Alors plusieurs choix s’offraient à moi. Le cimetière ? Non non non... Pas le moment d'aller dans un lieu glauque ! J'étais de trop bonne humeur pour ça ! Hum.... La ruine ? Non plus,... Ça ne me tentait pas trop... Non en fait je savais déjà que je voulais vers l'étendue d'eau qui était soit disant peuplée d'un gros monstre aquatique. Un truc genre Nessie mais qui n'est pas Nessie... Louche hein ?

Le carnet et le crayon bien enfoncés dans la poche arrière de mon short, je pris la direction de l'étendue aquatique. Mais en route, j'avais vu une affiche, qui parlait d'une animation sur la place du village. Haha... Intéressant ça. Je lisais l'affiche, et... Je sentis mon carnet et mon crayon glisser de ma poche. A peine m'étais-je retournée, que je vis quelqu'un détaler à toute vitesse.

- HEY !!! MACAQUE !!! REVIENS-LA !!!

Mais trop tard. Il était déjà trop loin. RAAAAAH la poisse... Ou pas... J'avais encore du papier dans ma veste... Une chance parce que sans papier, je ne suis rien... HAHAHA quel jeu de mots pourri. Mais on s'éclate comme on peut, quand on a beaucoup de rien à faire dans la journée hein. Donc là j'avais surtout ris le parti de me mettre à la poursuite du petit voleur. Et comme de par hasard, j'arrivais là où je voulais aller au départ. Vers le Lac. Je remarquais alors une personne devant moi, courir aussi un peu plus loin. Une fille. Rousse ? Ça devait être elle... Ou pas... J'avais un doute... Au cas où, je la rattrapais et lui demanda :

- Hé, dis, t'as pas vu un type passer par hasard ??? Un genre de sale gamin là brun.... Euuuh....

Ouais je n’avais tellement pas retenu sa physionomie que je me disais que ma demande ne servait à rien. Tant pis j'avais essayé hein ? Mais quelque chose me dit que je n'aurais pas dû venir la voir... Ça sentait comme qui dirait le roussi ou le cramé là dessous... Et quelque chose de plus surprenant me tomba sur la figure, de la part de la fille...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inger K. Brandsen
A Superhero, just like Human Torch ♨
avatar
• Messages : 21
• Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Quiproquo, vol, baston, et traque d'un individu inconnu qui mérite une punition [PV. INGER]   Lun 9 Juil - 16:56

Et voilà. Encore une fois, Inger pouvait se rendre compte de la chance incroyable qu'elle avait. On lui avait pourtant vendu du rêve à son arrivée à Tamashi no Higan. On lui avait fait croire qu'elle avait atteint un petit coin de paradis. « Même s'il y existe des inconvénients comme partout ailleurs, tu verras à quel point ce monde est génial ! », lui avait-on dit. Bah ouais, sauf que des inconvénients, elle ne voyait que ça depuis son... atterrissage. Ouais, c'était ça, elle avait littéralement atterrit au milieu des fleurs rouges. Sans même le demander. Comme ça, en grande pommée de la vie. Et les petits inconvénients, comme ils disaient tous, lui avaient aussitôt sauté à la figure. Les Ombres dont on n'avait dit que du mal. Les ''Originels'', comme on les appelait ici, qui mettaient mal à l'aise et dont certains avaient un aspect vraiment terrifiant. Et encore, elle en oubliait plein. Mais sa pire expérience aura néanmoins été la forêt. Cette petite promenade qu'elle avait dû faire en compagnie de trois énergumènes qui s'était montrés peu fiables en fin de compte. Enfin, surtout Hilde. Dire qu'elle lui avait fait confiance. Elle n'avait pas l'air d'un mauvais bougre, au premier abord. Et pourtant... Elle ne croirait plus personne, désormais. Sa méfiance était revenue, pour le meilleur et pour le pire.

Cette journée avait cependant bien commencé. Oubliant momentanément la mésaventure des quelques jours auparavant, elle avait décidé de quitter le village pour visiter les alentours pour la première fois par elle-même. A la sortie du village, elle avait aperçu cette large étendue d'eau sombre au loin. Le Lac de Pétrole, si elle en croyait le panneau qui pointait en sa direction. Drôle de nom pour un lac ! L'eau serait-elle en réalité du pétrole ? Mais si c'était le cas, pourquoi le village était aussi peu développé ? On faisait pourtant de nombreuses choses, avec cet or noir ! Ce nom ô combien étrange avait eu le don de piquer au vif la curiosité de la Danoise. C'était pourquoi elle avait pris cette direction sans la moindre hésitation, avide de découvrir les origines d'une telle appellation.

Quelle sage décision ! Il fallait voir où tout ça l'avait menée !

Elle avait marché et marché pendant de bonnes minutes jusqu'à apercevoir la plage et ses bateaux de pêche. Elle avait pris la direction du port, comme ça, pour voir de plus près tous ces véhicules en bois. Puis s'était placée sur une petite avancée sur l'eau à côté et avait observé la mer, fixant son étendue sombre, cherchant à en percer le mystère.

Son briquet se tenait dans sa poche, bien au chaud, attendant patiemment d'être sorti et de servir. Il était son assurance de survie si jamais elle était en danger. Son bouclier en cas d'assaut. Depuis qu'elle avait découvert son pouvoir, elle en prenait plus soin encore. Parce qu'il n'était pas seulement le cadeau de son grand-père. Il était désormais bien plus : la source de son pouvoir. Sans lui, elle n'était plus rien.

Et c'était alors que son attention s'égarait dans les eaux du lac qu'un nouvel inconvénient la frappa. Ou plutôt décida de la pousser en plein dos pour la forcer à faire connaissance avec la surface liquide. Comme si Inger était la victime du siècle à qui il fallait à tout prix s'en prendre. Comme si tout le monde pariait de la faire chier. Mais bon sang, y en a marre !

La rouquine était tout de suite remontée à la surface, sans perdre la moindre minute. Elle s'était précipitée hors de l'eau en remontant comme une furie, complètement trempée, et s'était directement lancée à la poursuite du petit farceur. Ou de la petite farceuse. A vrai dire, elle ne savait pas trop. Parce que la personne qui s'enfuyait avait une vague silhouette qui n'aidait pas à se faire une idée, et une longue chevelure blonde. Même si elle avait vu brièvement son visage, vaguement tourné vers elle l'espace d'un instant comme pour vérifier qu'on la suivait. Ce qui était certain, c'était que la jeune fille n'allait pas le ou la laisser s'en sortir comme ça !

Malheureusement, sa course poursuite fut de bien courte durée. Tournant après un large bateau, la Danoise se retrouva seule. Oui, parfaitement seule. Le sacripant avait juste complètement disparu. Il s'était volatilisé, comme s'il n'avait jamais existé. Lui jouait-on une blague de mauvais goût ? Inger se renfrogna. Si elle mettait la main dessus, ça allait barder.

« Hé, dis, t'as pas vu un type passer par hasard ??? Un genre de sale gamin là brun.... Euuuh.... »
L'adolescente se retourna. Et son regard, sans doute bien trop expressif vis-à-vis de l'énervement qui l'animait, se posa sur une jeune fille. Blonde. Les cheveux longs. Des vêtements semblables à ceux qu'elle avait vu juste avant. C'était elle, elle en était sûre ! La sale petite farceuse ! Qui apparaissait face à elle comme une fleur ! A croire qu'elle s'était téléportée... Encore un truc de bizarre à ajouter à la liste de Tamashi no Higan...

Mais quand elle la reconnut, Inger s'exclama d'un ton sec :

« Dis-donc toi ! J'crois qu'il faut qu'on s'explique un peu ! Ça te prend souvent de bousculer les gens, hein, dis-moi ?! C'est si amusant que ça de les pousser dans l'eau ?! »
Elle était trempée. Avait les vêtements qui lui collaient à la peau. En avait marre de ce monde de merde. Ici, rien ne tournait rond, elle ne cessait de s'en prendre plein la figure. Et même là, maintenant, en face de cette gamine -qui avait à peu près le même âge qu'elle, en fait-, il y avait quelque chose de bizarre. Quelque chose de... Merde.

Non, pas ça. Tout mais pas ça. Sa poche. Dans laquelle se trouvait son briquet. Elle était vide. La Danoise ne sentait plus ce contact familier. Trop animée par la colère, elle en avait oublié le plus important. L'inconnue n'était pas seulement une emmerdeuse. Elle était une voleuse. Et ça, il n'y avait pas pire. Surtout qu'elle avait osé toucher à son bien le plus précieux.

Inger lança un regard noir à la blonde. Et elle n'ajouta que quelques mots d'un ton autoritaire, en tendant la main.

« Rends-moi mon briquet. Et tout de suite. »

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Bo Ram
Just a Korean girl~♪
avatar
• Messages : 23
• Date d'inscription : 03/04/2012

MessageSujet: Re: Quiproquo, vol, baston, et traque d'un individu inconnu qui mérite une punition [PV. INGER]   Mer 29 Aoû - 1:15

Si j’avais su qu’en demandant une information à la fille rousse j’allais me prendre une ribambelle de paroles méchantes, je l'aurais évité sur le champ. Oh la belle journée merveilleuse qui allait finir en eau de boudin ! Nan mais elle me prenait pour qui en plus ! Genre j’l’ai bousculée ! J’suis pas folle, je l’ai même pas touchée ! Alors d’où elle me crie dessus là que je l’ai poussée dans la flotte ! Elle a fumé ou quoi ? Je la regardais perplexe et finit par faire une moue boudeuse en gonfflant les joues, et en fronçant les sourcils.

« Hé vas y que l’on m’accuse de tord dont je ne suis même pas coupable… »

Marmonnais-je dans la barbe que je n'avais pas. Mais je ne fus pas du tout au bout de mes surprises. Je vis bien la demoiselle fouiller ses poches et me sortir alors d’un ton brusque que je devais lui rendre son briquet sur le champ. Nan mais elle est folle l’autre ! J’ai pas besoin d’un briquet ! Nan mais elle a un problème ma parole ! Et puis d’où elle me donne des ordres !

« Aiiiish ! Hé ! Tu te calmes hein ! J’ai pas touché ton briquet ! J’fume pas moi et j’ai encore moins besoin de voler un briquet quand je fais joujou avec des feuilles 24h sur 24 ! Et j’t’ai pas non plus effleurée d’un centimètre ! Et puis me donne pas des ordres, t’es pas ma mère à ce que je sache et encore moins mon sale pourri d’alcoolique de père ! »

Nan mais oh ! M’accuser de tord dont je ne suis pas coupable ! C’était la meilleure de la journée. Du coup je peux dire adieu pour trouver la réponse à ma question. Je tournais alors les talons, marchant à pas vif et large dans le sable. Rah la poisse ! En plus je ne savais même pas pourquoi j’avais mentionné mon débile de père… Je me mis à fulminer d’ailleurs :

« RAAAAH !! ET CE FOUTU SALE GOSSE QU’EST PARTI AVEC MON CARNET !! »

Je m’arrêtais alors soudainement. L’image de cheveux roux m’étaient apparus alors à l’esprit. Je me tournais brusquement et regarda attentivement la jeune rousse. Je plissais les yeux et réduisit à nouveau la distance qui me séparait d’elle. MAIS OUI ! MAIS BON SANS MAIS BIEN SUR ! J’avais des doutes… Mais non, je ne pouvais certainement pas me tromper. C’est donc sans plus de ménagement et sans rien dire que je me mis à lui fouiller les poches. Mon carnet ne devais pas être bien loin de toutes façon et puis elle peut pas le cacher bien loin non plus vu comment il est gros. Désespoir ! Le carnet n’est pas sur elle. Et pourtant, je suis persuadée que c’est elle qui me la chipé. Alors… J’explosais.

« YAH ! Tu crois pas que tu exagères un peu en plus !!! Feint donc d’avoir été bousculée quand en fait t’as juste foutu mon carnet à l’eau !!! »

Je me retenais de lui jeter un « Sale peste » à la figure, mais ça m’en démangeait. Je me rapprochais alors de la rive du lac et tenta, dans la pénombre de retrouver mon carnet. Je me mouillait mais je m’en moquais. Mon carnet c’était ma vie. Ne le trouvant pas, je me tournais face à la rouquine et finit de décharger ma rage :

« Ca te va bien d’accuser des innocents quand en fait tu pourris leur bien le plus précieux !!! »

Découragée et énervée je m’assis en tailleur dans le sable, de nouveau les joues gonflées, les sourcils froncés, et les bras croisés. Ma tête moulinait toute seule et moi j’attendais que le mal de crâne passe. Et tout ça me disait qu’il y avait un truc qui clochait. Un problème que sans doute la rouquine dans peu de temps allait me débloquer. Mais j’étais sûre d’une chose : mon carnet avait été volé par un ou une sale type qui a grand besoin qu’on lui remette la tête entre les deux oreilles…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inger K. Brandsen
A Superhero, just like Human Torch ♨
avatar
• Messages : 21
• Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Quiproquo, vol, baston, et traque d'un individu inconnu qui mérite une punition [PV. INGER]   Mar 11 Sep - 20:51

C'était elle. Elle l'avait reconnue. Elle en était sûre. La ressemblance physique était bien trop frappante pour qu'il s'agisse de quelqu'un d'autre. Et puis quand même, pour avoir des vêtements parfaitement identiques, il fallait le faire. Si cette gamine prétendait ne pas être celle qui l'avait bousculée et volée de surcroît, elle ne pourrait pas l'avoir. Un sosie aussi parfait était tout simplement impossible. Même si Tamashi no Higan se montrait être un monde particulièrement surprenant où tout semblait possible. Il y avait des choses qu'on ne lui faisait pas.

C'était pour cette raison qu'elle s'était énervée après elle. Qu'elle avait balancé une accusation sans preuve valable. Inger était tout simplement sûre et certaine de ce qu'elle avait vu. Et sa vue ne l'avait jamais trompée jusqu'à présent. Alors pourquoi douterait-elle d'une telle conviction ?

L'accusée parut tout d'abord surprise, puis des traits de contrariété apparurent sur son visage androgyne. Les joues gonflées. Les sourcils froncés. Et ce regard à la fois perplexe et boudeur. Une telle réaction augmenta la colère de la Danoise. On aurait dit un enfant qui avait été pris sur le fait. A qui on aurait infligé une punition ; à qui on aurait confisqué un jouet. Oui, elle avait tout d'une fille capricieuse, et Inger venait de la démasquer, mettant fin à son petit jeu agaçant. C'était sa façon d'analyser la situation.

Quand l'inconnue bougonna dans sa barbe, elle n'arrangea pas l'opinion que la jeune fille commençait à se faire d'elle. Et son baragouinage incompréhensible lui arracha quelques mots agressifs.

« Hein ? Quoi ? Pardon ? J'ai pas bien entendu ! »
Mais c'est à ce moment précis et en prononçant le dernier mot qu'elle s'était rendu compte d'un petit quelque chose qui lui manquait. Un objet des plus importants pour elle. Un briquet. SON briquet. Celui que lui avait offert son grand-père. Celui qu'elle gardait toujours sur elle. Comme un porte bonheur. Comme la preuve de son passé et de qui elle était réellement. Ce qui lui permettait de tenir dans un monde aussi fou que celui-là. Un monde où elle n'avait pas sa place.

Ça n'allait plus. Elle fallait qu'elle le récupère. Non. Il fallait que cette fille le lui rendre.

Alors elle ne s'était pas fait prier. Elle n'avait pas mâché ses mots. Et le mouvement qu'elle fit vers la blondinette énervante voulait tout dire. Cette simple action réussit même à lui faire perdre patience.

« Aiiiish ! Hé ! Tu te calmes hein ! J’ai pas touché ton briquet ! J’fume pas moi et j’ai encore moins besoin de voler un briquet quand je fais joujou avec des feuilles 24h sur 24 ! Et j’t’ai pas non plus effleurée d’un centimètre ! Et puis me donne pas des ordres, t’es pas ma mère à ce que je sache et encore moins mon sale pourri d’alcoolique de père ! »
Inger se prit son coup de gueule en pleine tronche sans broncher. A l'extérieur du moins. Parce qu'à l'intérieur, elle fulminait. D'où cette nana faisait comme si de rien n'était ? Elle ferait mieux de lui rendre son bien, et tout de suite. Parce que sinon... Sinon... Sinon quoi ? Inger se changerait en torche pour l'effrayer ? Mais avec quoi ? Sans son fameux briquet, elle n'était bonne à rien. Elle pouvait toujours frapper, mais elle ne connaissait pas celle qu'elle avait en face. Et sans doute que la pimbêche ne se laisserait pas faire...

Tandis que la rousse maugréait intérieurement, une chose surprenante se produisit. La gamine tourna les talons d'un coup et s'éloigna d'un pas rapide sur la plage.

Attendez une minute. D'où elle l'ignorait ?! Le caniche agressif s'était-il changé en vieux clébard tout mou ? Ou bien se foutait-elle de sa gueule ?!

« Eh oh ! Je suis là ! Pars pas avant qu'on ait fini la convers- »
Inger n'eut pas le temps de finir sa phrase. Parce que l'autre se mit à hurler, la faisant sursauter par la même occasion.

« RAAAAH !! ET CE FOUTU SALE GOSSE QU’EST PARTI AVEC MON CARNET !! »
Hein ? Quéquicépassé ? Là, elle n'avait pas très bien compris. Pourquoi venait-elle juste de gueuler un truc sur un sale gosse et un carnet ?

Ce qui suivit son soudain coup de gueule fut une fille en mode furibond qui lui fonça droit dessus. La Danoise serra les poings et se tint droite, prête à encaisser et surtout, à riposter. Elle serra la mâchoire et fronça les sourcils, montrant bien toute sa colère. Elle allait tout faire pour récupérer son briquet. Dusse-t-elle y laisser la vie.

Sauf qu'aucun coup ne vint. Rien. Juste des mains qui commencèrent à... la peloter ?! Non, c'était encore pire -même si une telle action aurait été un peu écœurante venant d'une fille qui l'avait volée. Quelque chose de plus vil que ce qu'elle aurait pu imaginer. Elle fouillait ses poches.

« Ben vas-y, j't'en prie ! Te gênes pas surtout ! »
Comme si ces mots avaient suffit à faire réaliser à l'inconnue qu'il n'y avait rien dans les poches d'Inger -surtout depuis qu'une certaine personne lui avait piqué son briquet-, la blondinette commença à lui sortir le grand jeu.

« YAH ! Tu crois pas que tu exagères un peu en plus !!! Feint donc d’avoir été bousculée quand en fait t’as juste foutu mon carnet à l’eau !!! »
Sur quoi, elle fit un nouveau demi-tour et alla faire trempette dans l'eau du lac.

...

Non mais à quoi elle jouait, là ? Un coup elle lui gueulait dessus. L'autre, elle l'ignorait. Ensuite, elle la fouillait et l'accusait. Et maintenant, elle l'ignorait encore ! Mais sur qui était-elle tombée ? Cette gamine avait vraiment un grain ! Sérieux, la voir à moitié dans l'eau en train de faire comme si elle cherchait quelque chose donna envie à la rouquine d'aller la pousser dans l'eau. Pour se venger d'une partie de ce qu'elle lui avait fait subir ce jour-là. Qu'elle finisse complètement trempée elle aussi.

Mais l'adolescente n'en eut pas le temps. Car déjà, l'autre sortit de l'eau et balança un ultimatum.

« Ca te va bien d’accuser des innocents quand en fait tu pourris leur bien le plus précieux !!! »
C'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Trop. C'en était trop. La Danoise se sentait désormais bouillir. Comme si du feu s'était mis soudainement à couler dans ses veines. Dans un tel état d'esprit, elle serait devenue la Torche en un rien de temps. Pour peu qu'il y ait du feu dans le coin. Mais même en l'absence d'images pour accompagner son explosion interne, elle vociféra :

« Mais rien à faire, de ton carnet à la con ! Tu m'as chipé mon briquet quand tu m'as poussée dans l'eau. Me mens pas ! Je t'ai vue en train de partir en courant dès que je me suis relevée ! Et ça te va bien de me dire que c'est ton bien le plus précieux, et gnagnagna, alors que tu viens juste de me voler le seul truc qu'il me reste de mon grand-père ! »
Pfiou. Ça faisait du bien de tout balancer, comme ça, d'un coup. Inger se sentait un peu mieux. Au moins, son interlocutrice connaîtrait tout de sa pensée. Même si cogner aurait été bien plus efficace, pour le coup. Ce qui la retint fut sans doute ce petit pincement au cœur qui lui prit lorsqu'elle repensa à son grand-père.

La jeune fille finit par s'approcher de la petite assise au sol et la regarda de haut, la dominant de toute sa faible hauteur. Puis elle tapa du poing dans sa main tout en prenant un air menaçant pour montrer qu'elle était prête à en venir aux mains si jamais l'inconnue refusait de collaborer. Sur quoi elle conclut :

« Bon, alors maintenant, tu me rends mon briquet. Sinon, je ne paie pas cher de ta peau. »
Une menace qu'elle n'était pas sûre de tenir, mais que néanmoins elle allait tout faire pour mettre en application.



Alors que les deux adolescentes s'engueulaient et se crêpaient le chignon, elles ne se doutaient pas qu'elles n'étaient pas seules dans le port. Deux yeux les observaient de l'intérieur d'une des multiples barques qui décoraient le paysage. Deux prunelles malicieuses qui suivaient attentivement chacun de leurs mouvements et se délectaient de leur dispute fleurissante. Quand l'une des deux -la rousse- s'approcha de l'autre en tapant du poing, l'individu ne put s'empêcher de sourire.

Oui, tout ceci l'amusait beaucoup. C'était le spectacle qu'il recherchait. Le coup de théâtre qu'il avait lui-même entraîné. Tout ceci n'était que le fruit de son malin plaisir. Et il prenait véritablement son pied à contempler toute la scène. Ne pouvant s'empêcher de rire discrètement, une main devant la bouche pour ne faire aucun bruit... Tandis que l'autre maintenait contre lui le précieux carnet et le magnifique briquet.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quiproquo, vol, baston, et traque d'un individu inconnu qui mérite une punition [PV. INGER]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quiproquo, vol, baston, et traque d'un individu inconnu qui mérite une punition [PV. INGER]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Charte du Brigandage et de la Traque au Poitou
» Chasse, traque et discussion. [PV Knurgaod]
» LES REçITS DE BASTON EN ARDENNES ..........
» La traque des preneurs d'otages
» Quiproquo et comedia del'arte [Milena°Gabriel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tamashi no Higan V1 ::  :: La Cabane et le Port de Pêche-